Santé, Bien-Être, Amour, Psychologie, Spiritualité, Ésotérisme, Écologie...

Se laisser aimer

Couple Holding Hands on Swing Set

Se laisser aimer demande une grande confiance en soi: il faut accepter d’avoir des valeurs, des talents, reconnaître que l’on possède des capacités. Il faut s’aimer assez soi-même pour croire que d’autres puissent s’intéresser à nous.

Aimer les autres demande de s’oublier mais se laisser apprivoiser demande de l’humilité.

L’orgeuil est souvent une barrière à l’amour.

Observons l’enfant, comme c’est facile de l’entourer, de le chérir car il reste lui-même.
Il garde sa simplicité. Il ne s’inquiète pas de savoir pourquoi on l’aime. Est-ce qu’il le mérite ? Comme si l’on devait mériter tout ce qui nous arrive de beau et de bon.

On laisse difficilement les autres s’approcher de nous. De loin, ça va mais trop près de notre intimité, on devient méfiant. Qu’exigeront-ils en retour? Et si je reçois de l’ amour, je devrais en donner et cela, j’en ai peur. En abuseront-ils ? Jusqu’où devrais-je aller ? Y perdrais-je ma liberté?

Et puis, c’est difficile de croire qu’on puisse m’aimer pour moi-même sans rien demander en retour. Il y a toujours mon orgueil qui me dit «tu dois te suffire à toi-même. Tu n’as besoin de personne. Pourquoi partagerais-tu ce que tu ressens au plus pronfond de toi au risque qu’on te croie moins fort, moins indépendant que tu le parais ? Et moi, ton orgueil, je me sentirais frustré.Tu n’as pas le droit de me piétiner, de me bousculer».

Pourtant, combien de fois suis-je passé à côté de bonnes et belles choses à cause de ce fameux orgueil. Si je me laisse aller, que je fais taire la boîte à questions, j’ai le goût et le besoin de me faire dire que l’on m’aime peut-être davantage si je ne sais le dire aux autres.

Laisse-toi apprivoiser doucement, doucement.Tu verras comme c’est bon et sans exigence puisque c’est moi qui ai besoin de toi…

Auteur inconnu

.

Livre : J’aide la chance

Dans son livre « Eloge de l’optimisme », Philippe Gabilliet développait un chapitre intitulé « Pourquoi les optimistes ont-ils plus de chance que les autres ? »

par Yves de Montbron, secrétaire de la Ligue des Optimistes de France

jaidelachanceAujourd’hui, Francis Zentz publie un nouvel ouvrage qui fait à nouveau le lien entre chance et optimisme : « J’aide la chance ». L’auteur nous propose une réflexion sur la chance, d’où elle vient, comment elle se présente et comment on la cultive.

Il nous accompagne dans la lecture de cet ouvrage en détaillant les 5 clés que chacun de nous peut actionner et cultiver au quotidien pour développer sa chance :

- Conscience. Le regard que nous portons sur les événements, et notre interprétation positive (ou négative) de ces événements crée des espaces porteurs de chance (ou pas). Tout événement que nous vivons est neutre ; c’est notre interprétation qui le transforme en moteur ou en frein.

- Clarté. C’est le dialogue intérieur positif que nous entretenons avec nous-même, qui nous donne confiance en nous, nous donne des ailes, nous permet d’oser faire le premier pas. Dans certain cas, notre dialogue intérieur est inhibant (« tu n’y arriveras pas, inutile d’essayer…« ) et bloque l’arrivée de l’opportunité qui aurait pu tout changer. Dans ce cas, nous devenons nous-même le pire ennemi de notre propre chance.

- Connexion. C’est notre niveau d’extraversion qui influe sur notre capacité à nous connecter aux autres, principaux vecteurs de chance. On peut améliorer son extraversion naturelle avec un minimum d’efforts et pour un maximum d’avantages. Chaque personne que nous rencontrons porte un message pour nous et il ne tient qu’à nous de le recevoir.

- Curiosité. C’est notre ouverture d’esprit, l’intérêt que l’on accorde à son environnement, porteur de possibilités, d’opportunités. Cette faculté se développe facilement, car l’inattendu se trouve juste hors de notre zone de confort. Nous pouvons élargir le champ de notre curiosité pour découvrir des sphères de chance inattendues. C’est quand, la dernière fois que vous avez fait quelque chose pour la première fois ?

- Construction, l’action dans la durée. Chaque jour, nous faisons une bonne centaine de choix et chacun d’eux peut être une porte ouverte à la chance. En effet, celle-ci se construit par nos choix, nos décisions et nos actions quotidiennes. Un individu qui ose, qui tente, qui renouvelle ses demandes aura toujours plus de chance que celui qui reste enfermé dans sa bulle.

Par opposition à la « loi de Murphy » (si quelque chose peut mal tourner, elle va forcément mal tourner), l’auteur nous propose la « loi de Zentz » qui se décline sous deux facettes :

- Quand quelque chose de bien nous arrive, il y a de fortes chances pour que d’autres bonnes choses nous arrivent ensuite.

- Lorsque quelque chose de désagréable nous arrive, il y a sûrement un signe ou un message positif à recevoir.

Si le résumé de ce livre vous parle, suivez ce lien…

« J’aide la chance » par Francis Zentz, éditions En Avance

.

La dépendance dans le couple

j0227630

Si deux personnes sont dépendantes l’une de l’autre, s’accrochent, sont possessives; si elles ne se permettent pas d’être seules; si elles ne s’accordent pas assez d’espace pour se développer, alors ce sont des ennemis et non pas des amoureux.

Elles se détruisent. Elles ne s’aident pas à trouver chacune leur âme.

Alors, de quel genre d’amour s’agit-il ?

Peut être s’agit-il simplement dune peur d’être seul. Mais l’amour réel ne connait pas la peur.

L’amour réel est capable d’être seul, totalement seul.

C’est par cette solitude qu’une vie à deux s’enrichit.

Osho

.

Notre plus grande peur

homme-montagneNotre plus grande peur n’est pas d’être insuffisants.

Notre plus grande peur est d’être capable au-delà de toute mesure.

C’est notre lumière et non notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nous nous posons la question : « Qui suis-je pour oser me penser comme quelqu’un de brillant, grandiose, plein de talents et fabuleux? ». Mais en fait, qui êtes-vous pour ne pas oser l’être?

Vous êtes un enfant de Dieu. Jouer petit ne sert pas le monde. Il n’y a rien d’extraordinaire à se faire tout petit dans l’unique but que les autres ne se sentent pas mal à l’aise autour de vous.

Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous. Et elle ne se trouve pas seulement chez certains d’entre nous : elle est en chacun de nous.

Et en laissant briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même. Au fur et à mesure que nous sommes libérés de notre propre peur, notre présence automatiquement libère les autres.

Marianne Williamson
Un retour à l’amour

.

Prendre la bonne décision pour guérir

Les clients qui travaillent avec moi en thérapie sortent souvent, déjà au bout de quelques semaines, de leur état désagréable qui peut avoir duré parfois de très longues années.

Ils me demandent alors souvent «Pourquoi ne t’ai-je pas rencontrée plus tôt ?! Ça fait des années que je travaille à ma guérison, que je vais chercher de l’aide, etc…?!».

danseuse2

Je leur réponds alors :

- Le travail fonctionne parce que tu l’as décidé.

- Oui mais ça fait longtemps que je l’ai décidé, ça fait des années que je fais de la thérapie, des ateliers, des lectures, etc. !!!

- Que tu as décidé quoi ?

- De trouver l’aide pour m’aider à guérir, pour m’en sortir !

- Tu as décidé de trouver de l’aide, c’est bien ça ?

- Oui…?

- C’est une très bonne décision sur le chemin de la guérison mais tant que tu n’as pas décidé de GUÉRIR – et non pas d’avoir de l’aide pour guérir, nuance très importante -, tu auras beau faire tous les traitements que tu veux, tu ne sortiras probablement pas de ton état désagréable.

Je vois alors habituellement un gros point d’interrogation se placer sur le front de mon client avant que son visage s’illumine subitement. Il vient de réaliser que, s’il est venu me consulter, c’est parce qu’il a pris LA décision et que c’est pour cette raison qu’il va de mieux en mieux.

Ce n’est pas grâce à moi qu’il va mieux, enfin oui un peu, mais surtout grâce à lui car c’est SA décision qui l’amène à guérir. Le thérapeute est un guide et un soutien sur le chemin qui a amené le client à venir le consulter. Ce n’est PAS le thérapeute qui guérit le client mais le client qui SE guérit grâce à la guidance, aux connaissances, aux outils et à la compassion du thérapeute. Grosse nuance à bien comprendre.

Le choc de cette prise de conscience est assez dur, en général. On croit avoir décidé de s’en sortir en allant chercher de l’aide – ce qui est déjà magnifique – mais on n’a souvent pas pris la bonne décision, l’ultime : celle de guérir. Cette décision qu’on sent du plus profond de ses tripes et de son coeur. Celle qui nous donne une poussée d’adrénaline vers l’avant, de chaleur, de légèreté, d’amour infini pour soi, de joie, de confiance incommensurable en soi et en la vie et qui permet de lâcher prise sur le négatif pour laisser enfin le positif entrer.

C’est alors que toutes les choses se placent spontanément et comme par magie pour que les bonnes personnes et les bonnes situations – synchronicités – se présentent à soi pour guérir.

Il arrive souvent que ce ne soient pas des choses/situations/personnes auxquelles on se serait attendu, ou qu’on aurait désirées, mais ce sont les choses/situations/personnes parfaites pour notre guérison. Quand on accepte de recevoir alors ce que la vie nous apporte, la guérison est en bonne voie.

On doit naturellement user de son intuition et de son libre-arbitre pour accueillir les choses positives et constructives et ne pas se laisser glisser dans des espaces négatifs, envahissants, drainants, pas nets, etc. Le chemin de la guérison et du bonheur est léger et coulant, même s’il fait parfois passer par des moments souffrants, les moments de prises de conscience. Ce ne sont que des nuages à dissiper pour retrouver le soleil.

Si les choses/personnes/situations coincent et/ou ne vous font pas sentir bien, et qu’il pleut plus qu’il ne fait soleil dans votre vie, c’est que vous n’êtes probablement pas à la bonne place. Là encore, il est important de SE suivre avant de suivre toute autre personne. Faire confiance en son instinct et en son libre-arbitre est primordial.

Toujours est-il que la DÉCISION, c’est 50 % de la GUÉRISON!

Avez-vous pris la bonne décision ?!

PS : merci de laisser vos commentaires sous l’article et non dans Facebook, qu’ils restent avec l’article.

Amicalement

Dominique Jeanneret

© Dominique Jeanneret, tous droits de reproduction interdits sous quelque forme et dans n’importe quel support que ce soit, même avec des mentions. Cet article ne doit pas être reproduit, tout simplement. Merci

.

18 choses que les gens créatifs font différemment des autres

par Carolyn Gregoire

Young Woman Holding a Paint Brush Dipped in a Paint Bucket

CERVEAU – La créativité opère de manière mystérieuse et souvent paradoxale. La pensée créative est une caractéristique stable qui définit certaines personnalités, mais elle peut aussi changer en fonction du contexte. On a souvent l’impression que l’inspiration et les idées naissent de nulle part et qu’elles disparaissent au moment où on a le plus besoin d’elles. La pensée créative nécessite une cognition complexe qui est néanmoins complètement différente du processus de réflexion.

La neuroscience nous propose une image très complexe de la créativité. Tels que les scientifiques le comprennent aujourd’hui, la créativité est bien plus complexe que la distinction entre les parties droite et gauche du cerveau nous aurait laissé penser (en théorie, le cerveau gauche serait rationnel et analytique tandis que le cerveau droit serait créatif et émotionnel). En fait, on pense que la créativité implique un certain nombre de processus cognitifs, de voies neuronales et d’émotions, et nous ne nous représentons pas encore totalement comment l’imagination fonctionne.

Psychologiquement parlant, les types de personnalités créatives sont difficiles à repérer, car elles sont en général complexes, paradoxales et qu’elles ont tendance à éviter l’habitude ou la routine. Le stéréotype de l’ »artiste torturé » n’est pas infondé – les artistes peuvent vraiment être des personnes encore plus compliquées. Une étude a montré que la créativité implique qu’une multitude de traits, de comportements et d’influences sociales soient rassemblées en une seule et unique personne.

« C’est vraiment difficile pour les personnes créatives de se connaître, car le moi créatif est plus complexe que le moi non-créatif », a déclaré Scott Barry Kaufman, un psychologue de l’Université de New York qui a passé des années à faire des recherches sur la créativité, au Huffington Post. « Les choses qui ressortent le plus sont les paradoxes du moi créatif… Les personnes imaginatives ont des esprits plus désordonnés. »

S’il n’existe pas de profil créatif « typique « , on trouve cependant des caractéristiques et des comportements révélateurs chez les personnes extrêmement créatives. Voici 18 choses qu’elles font différemment.

Ils rêvassent

Man Relaxing on Sandy BeachLes personnes créatives le savent bien, malgré ce que leurs professeurs ont pu leur dire: rêvasser n’est pas une perte de temps.

Selon Kaufman et la psychologue Rebecca L. McMillan, co-auteurs d’un article intitulé « Ode à la rêverie positive constructive », laisser son esprit vagabonder peut faciliter le processus de « l’incubation créative ». Et bien sûr, nous savons par expérience que nos meilleures idées ont souvent l’air de sortir de nulle part, quand nous avons l’esprit ailleurs.

Bien que rêvasser semble être un acte irréfléchi, une étude parue en 2012 suggérait que cela pourrait en fait nécessiter une grande activité du cerveau – rêvasser peut entraîner des connexions et des idées soudaines parce que cette activité est liée à notre capacité à retenir une information en période de distraction. Les neuroscientifiques ont aussi découvert que rêvasser implique les mêmes processus cognitifs que ceux associés à l’imagination et la créativité.

Ils observent tout ce qui est autour d’eux

Le monde appartient aux personnes créatives – elles voient des possibilités partout et recueillent constamment des informations qui deviennent un prétexte à l’expression créative. Comme disait Henry James, « rien n’est perdu chez un écrivain ».

L’écrivain Joan Didion avait toujours un petit cahier sur elle, et elle écrivait ses observations sur les gens et les événements qui pourraient à terme lui permettre de mieux comprendre les complexités et les contradictions de son propre esprit:

« Quand nous enregistrons ce que nous voyons autour de nous, que ce soit scrupuleusement ou non, le dénominateur commun de tout ce que nous voyons est toujours, effrontément, l’implacable ‘Je’ », écrivait Didion dans son essai On Keeping A Notebook.

Ils travaillent aux heures qui les arrangent

Beaucoup de grands artistes affirment qu’ils travaillent mieux soit très tôt le matin soit tard le soir. Vladimir Nabokov commençait à écrire dès qu’il se levait, à 6 ou 7 heures du matin, et Frank Lloyd Wright avait l’habitude de se réveiller à 3 ou 4 heures du matin et de travailler pendant quelques heures avant de se recoucher. Quel que soit le moment de la journée, les individus très créatifs finissent souvent par trouver à quelle heure leur esprit se met en route, et organisent leurs journées en fonction de cela.

Ils prennent le temps d’être seuls

762795_78304535« Afin d’être ouverts à la créativité, nous devons avoir la capacité d’un usage constructif de la solitude. Nous devons dépasser la peur d’être seul », a écrit le psychologue existentiel américain Rollo May.

Les artistes et les personnes créatives sont souvent caractérisées comme des personnes solitaires, et bien que ce ne soit pas forcément le cas, la solitude peut être le secret qui leur permet de produire leurs plus belles œuvres. Pour Kaufman, ceci est en lien avec le fait de rêvasser – nous avons besoin de moments de solitude, simplement pour permettre à nos esprits de vagabonder.

« Vous devez rester en connexion avec ce monologue intérieur afin de pouvoir l’exprimer », affirme-t-il. « Il est difficile de trouver cette voix créatrice en vous si vous ne restez pas en connexion avec vous-même et que vous ne réfléchissez pas à ce que vous êtes. »

Ils contournent les obstacles de la vie.

Une grande partie des histoires et des chansons les plus emblématiques ont été inspirées par des douleurs poignantes et des chagrins déchirants – et le seul réconfort que l’on peut trouver dans ces épreuves, c’est qu’elles ont sans doute été à l’origine de créations artistiques majeures.

Un nouveau domaine de psychologie appelé la croissance post-traumatique suggère que beaucoup de gens sont capables de transformer leurs épreuves et les traumatismes de leur enfance en un développement créatif important. Précisément, les chercheurs montrent que le traumatisme peut aider les gens à développer les domaines des relations interpersonnelles, de la spiritualité, de l’appréciation de la vie, ou encore de la force personnelle, et – ce qui importe le plus pour la créativité – leur permettre d’entrevoir de nouvelles possibilités de vie.

« Beaucoup de gens sont capables d’utiliser cela comme un moteur qui leur permet d’imaginer des perspectives différentes de la réalité », assure Kaufman. « Ce qu’il se passe, c’est que leur vision du monde comme étant un lieu sûr a été brisée à un moment de leur vie, les forçant à aller aux extrémités et voir les choses sous un nouveau jour – et cela favorise la créativité. »

Ils sont à la recherche de nouvelles expériences

Senior Playing at Water's EdgeLes personnes créatives adorent s’exposer à de nouvelles expériences ou sensations et à de nouveaux états d’esprit – et cette ouverture est un indicateur important de la production créatrice.

« L’ouverture à l’expérience est toujours l’indicateur le plus fort de la réalisation créative », explique Kaufman. « Cela comprend beaucoup de facettes différentes, mais elles sont toutes reliées entre elles : la curiosité intellectuelle, la recherche du frisson, l’ouverture aux émotions, l’ouverture au fantasme. Ce qui les rassemble, c’est la quête d’une exploration cognitive et comportementale du monde, aussi bien votre monde intérieur et votre monde extérieur. »

Ils « échouent »

La persévérance est presque une condition préalable au succès créatif, selon Kaufman. Faire un travail créatif est souvent décrit comme un processus qui consiste à échouer à maintes reprises jusqu’à ce que vous trouviez quelque chose qui convienne, et les personnes créatives – du moins celles qui réussissent – apprennent à ne pas considérer l’échec comme quelque chose de personnel. « Les personnes créatives échouent et celles qui sont vraiment douées échouent souvent », a écrit Steven Kotler, un contributeur de Forbes, dans un article sur la génie créatif d’Einstein.

Ils posent les bonnes questions

Les personnes créatives ont une curiosité insatiable – ils choisissent généralement de vivre la vie examinée, et même quand ils vieillissent, ils maintiennent une curiosité au sujet de la vie. Que ce soit au cours d’une conversation passionnée ou d’un moment de rêvasserie solitaire, les personnes créatives regardent le monde qui les entoure et veulent savoir pourquoi, et comment, les choses sont ainsi.

Ils observent les gens

Observateurs de nature et curieux d’en savoir plus sur la vie des autres, les personnes créatives aiment souvent observer les gens – et leurs meilleurs idées peuvent provenir de cette activité.
« Marcel Proust a passé une grande partie de sa vie à observer les gens, et il écrivait ses observations qui ressortaient finalement dans ses livres », affirme Kaufman. « Pour beaucoup d’écrivains, observer les gens est très important … Ils sont de très bons observateurs de la nature humaine. »

Ils prennent des risques

Young Man in Casual Attire Jumping Expressively into AirPrendre des risques fait partie du travail créatif, et beaucoup de personnes créatives adorent prendre des risques dans de différents aspects de leurs vies.

« Il y a une connexion sérieuse et profonde entre la prise de risques et la créativité, qui est rarement prise en compte », a écrit Steven Kotler pour Forbes. « La créativité est l’action de produire quelque chose à partir de rien. Cela nécessite de rendre public ces paris que l’on a d’abord fait dans sa tête. Ce n’est pas un travail pour les timides. Du temps perdu, une réputation salie, de l’argent mal dépensé – tout cela découle d’une créativité qui est allée de travers. »

Pour eux, tout devient une occasion de s’exprimer

Nietzsche estimait que la vie et le monde devraient être vus comme des œuvres d’arts. Les personnes créatives ont peut-être plus tendance à voir le monde de cette façon, et à chercher constamment des occasions de s’exprimer dans la vie de tous les jours.

« L’expression créative est de l’expression individuelle », affirme Kaufman. « La créativité n’est rien de plus qu’une expression individuelle de vos besoins, de vos désirs et de votre singularité. »

Ils réalisent leurs vraies passions

Les personnes créatives ont tendance à être intrinsèquement motivées – c’est-à-dire que leur motivation à agir vient d’un désir interne, plutôt que d’un désir de reconnaissance extérieure ou de récompense.

Les psychologues ont démontré que les personnes créatives trouvent leur énergie dans les activités difficiles, signe de leur motivation intrinsèque, et les chercheurs suggèrent que le fait de simplement penser à des raisons intrinsèques lorsqu’on fait une activité peut suffire à booster la créativité.

« Les créateurs éminents choisissent et deviennent passionnément impliqués dans des problèmes difficiles et risqués qui leur procure une sensation de pouvoir découlant de leur capacité à utiliser leurs talents », écrivent M.A. Collins and T.M. Amabile dans The Handbook of Creativity.

Ils sortent de leur propre tête

Kaufman soutient que l’autre objectif de la rêvasserie est de nous aider à sortir de nos propres perspectives limitées et d’explorer d’autres façons de penser, qui peuvent être un atout important pour le travail créatif.

« Rêvasser nous permet d’oublier le présent », explique Kaufman. « Le réseau cérébral associé à la rêvasserie est le même réseau cérébral qui est associé à la théorie de l’esprit – j’aime l’appeler ‘le réseau cérébral de l’imagination’ – cela vous permet d’imaginer votre futur, mais cela vous permet aussi d’imaginer ce qu’un autre est en train de penser. »

Les chercheurs suggèrent aussi que provoquer la « distance psychologique » – c’est-à-dire, réfléchir à une question comme si elle était irréelle ou inconnue, ou alors sous la perspective d’une autre personne – peut stimuler la pensée créative.

Ils perdent la notion du temps.

NOW-watch-1Les personnes créatives se rendent compte que lorsqu’elles écrivent, dansent, peignent ou s’expriment d’une autre manière, elles entrent « dans la zone », c’est-à-dire « en transe », ce qui peut les aider à créer à un grand niveau. La transe est un état mental qui se produit quand un individu dépasse la pensée consciente pour atteindre un état plus intense de concentration facile et de sérénité. Quand une personne est dans cet état, elle ne craint quasiment aucune pression interne ou externe ni les distractions qui pourraient gêner sa performance.

Vous entrez en transe quand vous pratiquez une activité dans laquelle vous êtes bon mais qui vous met aussi au défi – comme tout projet créatif.

« [Les personnes créatives] ont trouvé la chose qu’ils aiment, mais ils ont aussi acquis la compétence qui leur permet d’entrer en transe », explique Kaufman. « L’état de transe nécessite une concordance entre votre compétence et la tâche ou l’activité dans laquelle vous vous êtes lancé. »

Ils s’entourent de beauté.

Les personnes créatives ont tendance à avoir d’excellents goûts: ils aiment donc être entourés de beauté. Une étude récemment publiée dans le journal Psychologie de l’esthétique, créativité, et les arts montre que les musiciens – que ce soit des musiciens d’orchestre, des professeurs de musique ou des solistes – ont une haute sensibilité et une haute réceptivité à la beauté artistique.

Ils relient les points.

Si une chose distingue les personnes très créatives des autres, c’est bien la capacité d’entrevoir des possibilités là où les autres n’en voient pas – ou, dans d’autres termes, la vision. Beaucoup de grands artistes et d’écrivains ont déclaré que la créativité est simplement la capacité à relier des points que les autres n’auraient jamais pensé à relier.

Selon les dires de Steve Jobs:

« La créativité, c’est simplement établir des connexions entre les choses. Quand vous demandez aux personnes créatives comment elles ont réalisé telle ou telle chose, elles se sentent un peu coupables parce qu’elles ne l’ont pas vraiment réalisé, elles ont juste vu quelque chose. Cela leur a sauté aux yeux, tout simplement parce qu’elles sont capables de faire le lien entre les différentes expériences qu’elles ont eu et de synthétiser les nouvelles choses.

Elles font bouger les choses.

La diversité des expériences, plus que n’importe quoi d’autre, est essentiel à la créativité, selon Kaufman. Les personnes créatives aiment faire bouger les choses, vivre de nouvelles choses, et surtout éviter tout ce qui rend la vie plus monotone ou ordinaire.

« Les personnes créatives ont une plus grande diversité d’expériences, et l’habitude est l’ennemi de la diversité des expériences », affirme Kaufman.

Ils consacrent du temps à la méditation.

Woman Meditating at the BeachLes personnes créatives saisissent la valeur d’un esprit clair et concentré – parce que leur travail en dépend. Beaucoup d’artistes, d’entrepreneurs, d’écrivains et autres créateurs, tels que David Lynch, se sont tournés vers la méditation afin d’avoir accès à leur état d’esprit le plus créatif.

Et la science soutient l’hypothèse qui affirme que la méditation peut réellement stimuler votre force intellectuelle de différentes manières. Une étude hollandaise parue en 2012 montrait que certaines techniques de méditation peuvent encourager la pensée créative. Et les pratiques de méditation ont aussi un impact sur la mémoire, la concentration et le bien-être émotionnel. Elles permettent aussi de réduire le stress et l’anxiété, et d’améliorer la clarté d’esprit – et ainsi conduire à de meilleures pensées créatives.

Source : Huffington Post

.

Son premier rendez-vous

Monsieur se prépare pour son premier rendez-vous, et pas n’importe lequel ! Il a le trac ! Suivez ces moments touchants de ce bel amour mais… surprise !

.

Glaces aux petits fruits et lait de coco

Voici une recette délicieuse trouvée sur Facebook chez Zain Saraswati Jamal :

popsicles

Mélanger ensemble dans un mixer :

  • 1 tasse de lait de coco léger
  • 1 tasse de petits fruits de votre choix (framboises, myrtilles, etc.)
  • 3 c.s. de confiture de framboises non sucrée
  • 1 banane
  • Stevia au goût (pour sucrer)
  • 1 mesure de protéines végétales (facultatif)

Verser dans les moules. Mettre au congélateur.

Dégustez… mmmhhhhh !

Bon appétit !

.


Comment les loups changent les rivières

Magnifique documentaire qui montre comment la réinsertion de loups a permis le rééquilibrage de la faune et de la flore dans le Parc de Yellowstone (USA).

.

Invitation au Festival d’été «Éveil et conscience»

Dès le 15 juillet prochain, le Festival d’été «Éveil et conscience» vous offrira des vidéo-conférences de 8 intervenants durant 8 semaines.

C’est un festival auquel vous pourrez assister de chez vous, confortablement installé sur votre canapé avec votre ordinateur.

L’inscription est GRATUITE !

10454342_10152597979168324_2848759512265930720_n

Voici le programme :

15 au 21 juillet
Gregg Braden
Science et spiritualité
À l’aube d’une nouvelle ère

Du 22 au 28 juillet
Lee Carroll – Kryeon
Transition planétaire
Les grands changements qui s’opèrent

Du 29 juillet au 4 août
KAYA
Rêves, signes et symboles
Le Code Source

Du 5 août au 11 août
Marc Vallée et Michael Roads
Émergence d’un Nouveau Monde
L’activation du triangle France-Québec-Chili/Patagonie

Du 12 au 18 août
Tom Kenyon
Toning et activation des chakras
Sur les ailes du son initiatique

Du 19 au 25 août
Guy Corneau et Danis Bois
Soma et psyché
Une exploration des dimensions psychique et corporelle de la personne

Du 26 au 1 septembre
Dr Olivier Soulier
Médecine du sens
Comprendre pour guérir

Du 2 au 9 septembre
Dr Wayne Dyer
Maîtriser l’art de la manifestation
Le pouvoir de l’intention

Je vous invite à vous inscrire gratuitement, dès maintenant, en cliquant sur ce lien.

Je vous souhaite un magnifique été rempli de soleil, de joie et de belles découvertes !

Chaleureusement,

Dominique

.

 

 

 

Catégories

Abonnement

Votre adresse email :

IMPORTANT :
Vous allez recevoir un courriel avec un lien pour valider votre inscription. Il est important de cliquer sur ce lien pour recevoir les nouveaux articles. Si vous ne recevez pas ce courriel, regardez dans vos spams sinon vous ne recevrez pas les nouveaux articles...

Chercher dans ce blog

Autres inspirations