Santé, Bien-Être, Amour, Psychologie, Spiritualité, Ésotérisme, Écologie...

Venez me rencontrer en Bretagne !

1.do-paris2012_redimensionner180Un coucou rapide pour vous dire que je suis arrivée hier en Bretagne. J’ai hâte d’aller me balader et de découvrir cette région que je ne connais pas. Pour lire mes articles de voyages, je vous invite à aller à Ôm Voyages.

Soirées conférences interactives

Je serai ce soir à Bouguenais près de Nantes et demain soir à Vannes pour animer une soirée conférence interactive.

Je vous partagerai mon chemin de vie, les embûches, les souffrances, les prises de conscience, les rêves réalisés, mes voyages dans la lumière, dans le monde et dans mon coeur, et je vous ferai ensuite pratiquer divers exercices pour vous permettre d’aller chercher des réponses à vos questions de vie. Une belle soirée de partages dans la bonne humeur !

Toutes les infos en cliquant ici : Bouguenais, Vannes

Je continuerai ensuite ma tournée ainsi :

Au plaisir de vous rencontrer !

Affiche-OmAction2015-1-tout-A4_redimensionner

Cliquez sur l’affiche pour les détails.

.

 

 

.

Le massage métamorphique

Créée par le britannique Robert St-John dans les années 1960, cette pratique consiste à dénouer des engrammes imprimés dans notre inconscient depuis l’avant-conception jusqu’à la naissance par une technique toute simple, non interventionniste, reposant sur les points réflexologiques.

Le travail se résume en des attouchements légers en mouvements spiralés sur les zones réflexes de la colonne vertébrale. En effet, le foetus est accoté, durant la gestation, sur sa colonne, contre le placenta. Toute émotion, événement, son, etc. que la mère ressent est ainsi imprimé via la colonne vertébrale du bébé. Le père est aussi impliqué dans ce processus.
piedsbb_resize.jpg
La vie commence à la conception, lorsque la première cellule est formée. Pendant la période de gestation, neuf mois entre la conception et la naissance, nos structures physiques, mentales, émotionnelles et de comportement se mettent en place. Notre vie après la naissance est enracinée dans, et influencée par, cette période prénatale. Il s’agit donc de libérer la structure de cette période-là.

Au cours de ces neuf mois, nous sommes influencés par bien des facteurs différents : le comportement de nos parents, leur univers culturel, leur environnement et même certaines influences non matérielles, cosmiques. C’est à cette période qu’est mis en place le schéma de notre vie. Nous sommes en essence la conscience qui se développe durant la gestation, résultant de toutes les influences présentes à la conception. La Technique Métamorphique se concentre sur ces neuf mois. Alors que la terre travaille avec la structure des graines, le praticien, lui, en tant que catalyseur, libère une structure de temps, a priori abstraite : celle de la période de gestation.

On a découvert que cette structure est reflétée dans le corps, en particulier dans certaines parties des pieds, des mains et de la tête et cette période de neuf mois peut être retrouvée et libérée. Le praticien ayant compris que la vie fait elle-même le travail qui est nécessaire au patient – le travail de transformation -, il utilise cette technique non seulement avec les handicapés physiques ou mentaux, mais aussi avec tous les êtres tant soit peu intéressés par un développement personnel. Et grâce au pouvoir que nous avons de nous guérir et même de véritablement recréer, des changements profonds peuvent se produire.(1)

Cette technique a des résultats surprenants, sans pour autant avoir à passer à travers de lourdes et douloureuses émotions. C’est une technique en douceur qui travaille par elle-même puisque c’est une technique d’auto-guérison. En chaque être humain réside un grand pouvoir de guérison et la Technique Métamorphique aide à ce chemin.

Les résultats sont, généralement, que la personne ressent un meilleur ancrage dans la vie, une plus grande sécurité personnelle, une confiance en elle accrue, des changements de perception, de façons de fonctionner et des enjeux dénoués puisque des ancrages émotionnels sont ainsi déliés et ce, tout en douceur.

Le massage comme tel dure, pour un adulte, une heure, soit la moitié du temps sur les pieds et l’autre moitié sur les mains et la tête. Il n’y a donc pas besoin de se déshabiller pour recevoir ce massage.

A qui s’adresse ce massage :

- A tous ceux qui veulent faire la paix avec leur naissance qu’ils soient adoptés ou non.
– Aux femmes enceintes, pour atténuer l’anxiété et les angoisses qui accompagnent souvent la grossesse. Ainsi, vous donnez la chance au foetus de se former en toute autonomie sans qu’il ne prenne le surplus de tensions des parents.
– Aux enfants de tous âges et aux adolescents.

Dans une fréquence de 2 à 5 massages, nous avons obtenu de bons résultats chez :
– les enfants hyperactifs, les manques de concentration et d’attention, les cas d’agressivité et d’insécurité.
– les difficultés du sommeil et les cauchemars répétés.
– les naissances difficiles qui ont pu occasionner certains traumatismes physiques ou psychologiques.
– Les problèmes de communication et de langage, souvent reliés à la conception.
– certains cas d’allergies, d’asthme et d’eczéma.
– dans un autre ordre : les enfants retardés, autistes et trisomiques. Dans ce cas, la collaboration des parents est exigée car cela requiert un travail régulier, beaucoup de confiance, un respect et un amour infini de la Vie.

Il est suggéré, d’ailleurs, dans la plupart des cas cités ci-haut, que les parents reçoivent quelques massages pour établir une meilleure dynamique de guérison au sein du noyau familial.

Les résultats avec les enfants retardés, autistes et trisomiques sont assez incroyables : on a vu des enfants redevenir complètement normaux…

Dominique Jeanneret
Thérapeute, Québec

© Tous droits réservés sur tous mes articles. Vous pouvez les reproduire (en tout ou partie) à condition de ne rien y changer et de laisser ce dernier paragraphe avec le lien vers www.chemindevie.net. Merci de respecter ainsi le travail de l’auteure.

——————————
Liens intéressants :

- Gaston St-Pierre, auteur du livre La Métamorphose.
L’association Métamorphic, fondée par Gaston St-Pierre, fondateur de la technique

———————————————————————————————————————————-
(1) La métamorphose, Principes et pratiques, par Gaston Saint Pierre et Debbie Boater, Ed. Le Souffle d’Or.

.

L’enseignement de l’esprit des chevaux !

ÿÿÿ

Les esprits de la nature ont commencé à communiquer avec moi plusieurs mois après ma venue dans le sud de la Corrèze. Je co-dirigeais un centre de stage et pour entretenir les prés nous avions plusieurs chevaux de Mérens. Le Mérens est un petit cheval noir à la silhouette trapue, destiné aux travaux de la ferme. Il est élevé dans les hautes montagnes ariégeoises et conserve la majeure partie de ses instincts. Je le perçois comme un élément de la nature encore bien intégré : il est une des seules races à pouvoir vivre dans les montagnes sans aide alimentaire de l’homme.

Les romains faisaient paître des moutons pour savoir si le terrain était bon pour y habiter. Certains animaux (ceux qui ne sont pas encore trop domestiqués) savent encore ce qui est bon pour eux, aussi bien pour leur nourriture que pour dormir. Ainsi le chien cherchera des endroits dits « positifs » en géobiologie, le chat quant à lui cherchera plutôt la chaleur ou les endroits négatifs.

Les chevaux étaient proches de nous et je les regardais vivre. Je savourais les promenades que je faisais avec eux ainsi que leur coté rustique sain, solide, équilibré. Lors de cette période de ma vie, le contact avec la nature développait mes dons de voir les auras et les énergies, je les sentais de plus en plus et je faisais partager mes expériences et découvertes à mes amis et aux visiteurs du centre.

Quand un après-midi, vers midi heure solaire, j’observais les chevaux qui étaient couchés, un seul restait debout et surveillait les alentours pour éviter les mauvaises surprises. Dans mon observation, je me suis quelque peu mis en méditation, c’est alors que je vis et que je compris que les chevaux ne se couchaient pas n’importe où, mais sur un endroit précis du pré. C’était l’endroit ou les énergies telluriques étaient les plus régénérantes, les forces cosmiques répondaient aux énergies telluriques que je voyais sortir de terre. Les chevaux bénéficiaient ainsi de fortes énergies qui les reposaient et les régénéraient. Ce fut extraordinaire à voir, je vécus cela comme une initiation, une démonstration des esprits du lieu et de la nature avec beaucoup de bonheur et de gratitude.

Lors des promenades et surtout lors des galops, la résonance des sabots sur le sol créait une onde de réveil, de vibrations, d’énergies que je voyais se propager jusqu’au sommet des arbres. Les esprits des lieux étaient ainsi prévenus de notre arrivée et ils étaient d’autant plus accueillants et ouverts. Les chevaux étaient bel et bien des fils du vent, des messagers qui ouvraient les lieux à notre passage.

Les jours suivants, je fis attention à comment je voyais les différents endroits où les chevaux allaient. J’observais, par ma capacité à voir les énergies, qu’ils faisaient les crottins à des lieux précis ou la terre à besoin de guérir… Ils participent à leur niveau au bien-être de la planète…

Les lieux d’habitation sont aussi parfois situés sur des endroits particulièrement reposants, dynamisants ou régénérants, surtout les anciennes constructions… Mais il arrive aussi qu’ils soient situés sur des endroits aux énergies enlisantes, lourdes, déstructurantes… C’est avec les chevaux, mes amis esprits de la nature, que j’ai été enseigné et à chaque harmonisation de maison, de lieu de vie ou de travail je remercie le Deva des chevaux de son aide et de son enseignement avec une profonde gratitude.

Christophe Dacier

Christophe a été initié très tôt aux spiritualités dès les années 1980 et ses dons de visions se sont réveillés à leur suite. La conjugaison de ses initiations ésotériques, des différents enseignements orientaux, chamaniques, spirituels et de son parcours psychothérapeutique lui confèrent une approche holistique de l’être humain. Ses recherches spirituelles l’ont amené au Tantra et massage tantrique Cachemiry qu’il pratique et enseigne.
www.relations-d-amour.net

.

Intolérance au gluten: et si on s’était trompé de coupable?

Golden Wheat in June

Depuis quelques années, des dizaines de milliers de personnes ont banni le gluten de leur alimentation. Elles l’accusent d’être à l’origine de tous leurs maux: fatigue, problèmes de transit, etc. Mais est-ce bien le gluten qui est en cause?

Toujours plus de personnes se disent intolérantes ou allergiques au gluten. Les régimes et aliments sans gluten font fureur. Pourtant, seul 2% de la population est réellement allergique à cette protéine. Ils souffrent de coeliakie, une maladie auto-immune. Leur intestin ne digère pas la protéine. Dans leur cas, le seul traitement est l’éviction complète du gluten.

En dehors de ces 2%, certains souffrent de sensibilité non coeliaque au gluten. Pour eux, le diagnostic ne révèle rien. Ils ressentent en revanche des effets bénéfiques après l’exclusion de gluten de leur alimentation. Comment l’expliquer alors que l’homme mange des céréales depuis plus de 10’000 ans? Certains pointent du doigt l’industrie agroalimentaire. Pour réduire les coûts de production et améliorer la texture du pain ou encore des pâtisseries, les industriels ont réclamé des farines avec des teneurs en gluten plus élevées et composées de molécules plus grosses. Ce sont ces molécules que certains peinent à digérer. Mais elles ne seraient pas seules en cause. Certains hydrates de carbones ont aussi subi des modifications. Or, ces fructanes – appelées FODMAPs – pourraient aussi provoquer une hypersensibilité dans une partie de la population. Après la chasse au gluten, la chasse aux hydrates de carbone?

Un reportage de la télévision suisse romande à regarder en cliquant ici.

.

Kokopelli le danseur cosmique, joueur de flûte

kokopelli-eternitys-sunrise-mitch-catLes légendes des amérindiens, du Pérou au Canada, racontent l’histoire de Kokopelli, le joueur de flûte boiteux et bossu. De nombreuses peintures rupestres le représentent, et les plus anciennes datent de 3.000 ans avant notre ère. Elles proviennent des grottes de l’Arizona.

Il y a très longtemps, pour avoir brisé les lois de l’équilibre, les humains sont tombés très malades. Ils avaient trop chassé et tué beaucoup plus d’animaux qu’ils n’en avaient besoin pour vivre. Beaucoup, dans le village de Kokopelli, étaient déjà morts.

Boiteux et pas très fort physiquement, Kokopelli en clopinant prit le chemin de la forêt. Les pleurs secouaient sa poitrine menue. Sa vieille grand-mère, la femme sage du clan, enseignait que les larmes que les yeux ne versent pas, noient le cœur.

Beaucoup de ceux qu’il aimait étaient partis avec sa mère pour le pays des chasses bienheureuses. Il ne pouvait pas grand-chose pour aider les siens mais le peu qu’il pourrait, il le ferait !

Sur le chemin, Kokopelli, non sans mal, libéra un loup gris, dont la patte était prise dans un piège. Le loup l’emmena voir ceux de son clan. En remerciement, il reçut des loups la sagesse de la vie. Puis Kokopelli, guidé par quatre loups, fut présenté au conseil des animaux, au cœur des forêts.

Le conseil lui offrit de nombreux dons. Il reçu du coyote le pouvoir de raconter des histoires drôles, de la grenouille le pouvoir de chanter. L’aigle, parlant au nom de tous les animaux, lui donna la flûte aux couleurs des quatre directions et une danse pour partager la joie et l’équilibre. Il lui remit également un petit sac qui contenait les trois graines mères pour nourrir les humains : le haricot, la courge et le maïs.

Arriva alors le tour de l’ours blanc, qui prit la parole : « Non, je ne crois pas que les humains comprendront un jour ; ils détruiront tout, il faudrait mettre fin à ce désastre, mais je respecte la décision de l’assemblée. » Là-dessus, il partit, et on ne le revit plus dans la forêt. Il gagna le pays des glaces et de la neige.

Avant que Kokopelli ne reparte, le loup gris lui demanda de voyager avec les dons de tous les animaux, pour apporter à son peuple la santé et le respect des lois de l’Équilibre. C’est ainsi que Kokopelli, sous la voûte du ciel et du soleil, prit le sentier des voyages, pour partager tous les dons magnifiques des animaux, avec l’espoir que l’ours blanc ait tort, et que les humains vivent enfin la loi de l’Équilibre.

Extrait de
Plumes de chamans : 33 chamans du Cercle de Sagesse témoignent

.

Le cinquième accord toltèque

Ce livre a été écrit de concert par Don Miguel Ruiz, et son fils Don José Ruiz. Le livre introduit le concept du livre précédent, les Quatre Accords Toltèques en donnant quelques précisions supplémentaires pour chacun des accords. On ne peut comprendre le cinquième accord sans connaître le contenu des précédents.

Résumé du livre écrit par Don Miguel Ruiz et Don José Ruiz aux Editions Guy Trédaniel, Première édition anglophone 2010, Édition française 2010 :

Les auteurs reviennent sur le concept de la parole. Celle-ci est évoquée cette fois par rapport à notre discours intérieur: ces films que nous nous faisons, et que nous croyons tout autant que les histoires qu’on nous raconte. Pourtant ces films ne correspondent pas non plus à la réalité. Mais les émotions qu’ils réveillent, elles, sont bien réelles.

L’ensemble de nos croyances, incluant les émotions qu’elles suscitent est repris dans le concept que les auteurs ont nommé ‘tyran’ : cette espèce d’entité qui vit en nous, qui trompe notre volonté, et notre conscience des choses, et nous entraine vers des comportements inadéquats, des souffrances, et nous éloigne de nous-mêmes et nous épuise.

Seul nous, pouvons remédier à cette situation, et pour cela il s’agit de se réapproprier la liberté de choisir les pensées qui occupent notre mental. Le cinquième accord toltèque va nous y aider :

« Soyez sceptique, mais apprenez à écouter ».

L’écoute cette fois, ne nous mène pas à croire ce qu’on nous dit, mais à comprendre celui ou celle qui nous le dit.

En détricotant nos croyances nous risquons de recréer un nouveau monde de croyances, sans nous approcher de la vérité. Or la vérité est en nous, c’est en nous que nous devons avoir foi, et la vérité n’est pas faite de mots. Elle est, tout simplement.

Éloigner les fausses vérités va nous libérer des souffrances, et des jugements, tant sur nous-même que sur les autres.

Si nous doutons de tout ce que nous pensons, nous désamorçons le ronron mental automatique qui vit en nous, évitons les émotions destructrices et parvenons à sublimer les problèmes.

Cela se fait lentement mais l’effet est réellement puissant.

Les Ruiz nous parlent de trois niveaux de conscience qu’ils ont appelés les rêves de l’attention.

Le rêve de l’attention première c’est celui auquel mène notre éducation et nos conditionnements. Dans ce rêve, ce qui nous est présenté, nous le croyons et c’est évident. Les problèmes qui se posent à nous, nous les vivons en tant que victimes. Notre émotion principale est la peur, et c’est elle qui va colorer fortement les lunettes avec lesquelles nous regardons la réalité et elle va nous mener par le bout du nez en nous poussant vers des comportements inadéquats, contraires finalement aux quatre accords toltèques : nous médisons, prenons tout comme une affaire personnelle, faisons énormément de suppositions, et n’en faisons qu’à notre tête. Et tout cela de manière automatique.

Le langage utilisé est celui de la rumeur.

Il y a une grande difficulté à contrôler l’attention, ce qui nous rend manipulable par les événements, les personnes ou nos propres émotions.

Dans le rêve de l’attention seconde, la conscience grandit et cela mène à un regard critique vis-à-vis du précédent mode de fonctionnement. Un aspect rebelle se réveille. Nos croyances et le monde de la vérité se confrontent en nous. Nous fonctionnons dans les deux mondes à la fois. Nous devenons capable de discerner plusieurs interprétations possibles de la réalité, ce qui fait baisser la prégnance des croyances sur nous. Le langage dépend encore des croyances mais sur un mode plus rebelle.

Cependant, la part rebelle va nous inciter à mener une guerre pour des valeurs de justice, de liberté, de démocratie; et le choix de la violence n’en est pas exclu. Mais cette guerre est surtout intérieure.

Une tendance importante est de remplir notre monde de règles, ce qui nous mène vers plus de rigidité, de la culpabilisation envers nous-même et envers les autres, une recherche de contrôle sur notre vie et celle des autres.

Cela nous entraine bien souvent vers des voies de garage ou vers de grandes souffrances.
Le processus d’apprentissage pour le contrôle de l’attention est enclenché.

Le rêve de l’attention seconde peut être dépassé grâce au lâcher prise et au pardon, et c’est le scepticisme qui peut nous y aider.

Outre le doute sur tout ce que notre mental nous dicte, une attention peut être portée sur nos facultés parallèles : le bon sens, l’intuition, la foi en soi et en la vie, l’authenticité, l’acceptation de ce qui est. C’est l’intention qui devient alors le moteur de l’attention.

La recherche de compréhension intellectuelle devient alors de moins en moins nécessaire, le savoir devient accessible autrement. Et paradoxalement au doute sur nos croyances et celles de notre entourage, s’installe alors une foi en ce savoir intérieur qui permet de dépasser les peurs, de jeter les masques pour un retour à l’authenticité.

Les paroles deviennent superflues, c’est au niveau de notre rayonnement que le message passe.

Le rêve de l’attention tierce c’est celui où les jugements n’ont plus leur place. On se sent alors lié au tout. La conscience s’ouvre vers les valeurs du coeur. Le besoin de sens au travers du langage est dépassé. La force qui guide alors notre vie est l’amour, via l’acceptation de ce qui est, le respect, l’empathie.

On quitte les luttes, et la dépendance à des connaissances. C’est alors qu’on constate que l’entourage et les émotions deviennent le miroir de ce nouvel état et s’harmonisent avec notre propre chemin. On peut vivre dès lors dans ce qui est.

Nous fonctionnons tous de manière plus ou moins importante dans les 3 rêves.

Etant donné que ce nouvel état d’esprit, ou plutôt ‘état d’être’, est plus éloigné du langage, il est plus facile de décrire (avec des mots) ce qu’il n’est pas que ce qu’il est.

Il permet de quitter toutes les dichotomies de type ; avoir raison ou tort, gagner ou perdre, le bien ou le mal, le beau ou le laid.

La liberté qui est gagnée nous éloigne du conformisme, des croyances, des certitudes, de l’égocentrisme.

On voit et comprend au-delà des apparences. Les auteurs comparent cela à l’image de celui qui est le seul à être sobre au milieu de milliers de gens ivres, et qui sait ce qu’est être ivre.
Cela ne veut pas dire que la conscience nous rende supérieur, ou plus intelligent ou encore meilleur.

L’écoute véritable permet l’empathie, la compréhension de l’autre, sans recherche de le contrôler ou de le guider sur nos pas. Le mental qui était notre « tyran » devient notre serviteur. En acceptant ce qui est, on lâche toutes les sources de nos souffrances.

Les Ruiz proposent de changer le monde. Non pas la réalité extérieure, mais notre monde intérieur ainsi que la relation à soi. Comme ce que nous transformons en nous se reflète sur l’extérieur, il devient possible de percevoir alors un changement de l’entourage. En initiant ce changement en soi, nous oeuvrons bien plus loin, car c’est l’humanité qui en sera transformée.

Claire De Brabander
Août 2011

© Toute reproduction du présent document (pour des objectifs non commerciaux uniquement) est libre et souhaitée, sous réserve de n’effectuer aucune modification et de mentionner l’auteure, le site et la page concernée.
.

Gestion du stress et psychothérapie, entretien avec Géraldyne Prévot-Gigant

GeraldynePrévot-GigantQu’est-ce que le stress ? Comment le gérer et le combattre. Quelque soit notre vie et le visage de notre quotidien, nous sommes tous confrontés à ce problème un jour ou l’autre. Nervosité, stress et tensions… certains s’y enfoncent, d’autres surmontent leurs soucis. Géraldyne Prévot-Gigant, faisant le parallèle entre ces maux à et la psychothérapie, a tenu à nous confier quelques secrets…

1525699_586567454746094_986089441_n

Votre accompagnement intègre la gestion du stress. Mais ne doit-on pas chercher à supprimer son stress, plutôt que de le gérer ?

Hans Selye, le grand chercheur qui fit connaître au monde le concept du stress, disait :  » L’homme moderne doit maîtriser son stress, sinon il sera voué à l’échec, à la maladie et à la mort prématurée « .
Le stress fait partie de nous et nous en avons besoin car il a une fonction très importante celle de signal. Le stress est une réaction physiologique face à une agression extérieure. Il nous signale que quelque chose n’est pas comme d’habitude, qu’il y a peut-être danger. Ainsi notre organisme déclenche une poussée d’adrénaline qui nous permettra de prendre nos jambes à notre coup ou bien d’attaquer si besoin est. C’est comme un « bon stress ».
Le « mauvais stress » est un stress permanant qui entraine certaines manifestations physiologiques comme : tension haute, nervosité, baisse du système immunitaire, difficultés de concentration,  fatigue chronique, problème de sommeil, etc …
L’idéal est donc d’avoir du stress, le bon, celui qui nous sert de signal lorsqu’un danger est proche.
Gérer le stress est la meilleure solution afin de n’avoir plus que du bon stress.

On dit souvent que les métropoles abritent des « générations de stressés ». Quels sont les principaux facteurs de stress ?

Les événements entrainant le plus fort taux de stress sont les décès et surtout celui du conjoint. Puis tout ce qui concerne les séparations (divorce, emprisonnement, éloignement de la famille, licenciement) ainsi que les problèmes de santé (maladies, interventions…).
Notons que le mariage se trouve placé assez haut dans l’échelle du stress créée par  Holmes et Rae : entre maladie et licenciement.
Tous les changements occasionnent du stress car il nécessite de faire le deuil de ce qui n’est plus et de s’adapter à  la situation  nouvelle.
Cela peut être plus ou moins long suivant la fluidité psychique de chacun.

Comment parvenir à gérer son stress si tout, dans notre vie, nous pousse à être stressé ?

En prenant le plus possible du temps pour soi : des moments loin des sources de stress. Prendre le temps dès qu’on le peu, cela permet de prendre du recul sur les événements. Il nous permet aussi de nous retrouver : de faire un retour sur soi.
En pensant à privilégier ce qui nous détend et nous ressource.
Au besoin se faire accompagner par un psychothérapeute, cette démarche permet alors de prendre du recul, de se sentir moins seul fasse à l’adversité, de comprendre pourquoi les événements ont tant de prise sur nous.

Quelles sont, selon vous, les principales barrières que l’on se met à soi-même, que ce soit au quotidien ou dans la vie en général ?

La résistance au changement occasionne énormément de stress. Le fait de ne pas accepter les changements qui s’imposent à nous entretient le stress. Suivant l’importance du changement la personne sera plus ou moins stressée. L’important est de reconnaître l’inconfort ou la souffrance et d’accepter de se faire aider.
Les croyances sur le monde peuvent aussi être une barrière. En effet nous avons tous différentes croyances sur le monde dues à nos expériences. Mais parfois ces croyances sont limitantes. La levée de ces croyances permet d’élargir notre vision du monde. Avec une vision plus large sur la situation nous trouvons alors les ressources nécessaires pour rebondir et trouver les solutions.
Les croyances limitantes peuvent être sur soi : « je ne suis pas capable », « je n’ai aucun talent », «  je suis paresseuse », « je suis moche »…
Ou sur les autres « tous les hommes sont des séducteurs », « les blondes sont idiotes », « les brunes sont sensuelles », etc
Ou sur la vie « la vie n’est pas un long fleuve tranquille », « dans la vie, on ne peut pas tout avoir », « être méritante c’est se tuer au travail »…

Comment en vient-on à la psychothérapie ? Quel est le vécu nécessaire pour devenir psychothérapeute ?

Le vécu pour être psychothérapeute est justement d’avoir vécu. Cela n’est pas forcement une question d’âge mais il est nécessaire d’avoir une expérience de vie suffisamment longue pour pouvoir accompagner sans jugement et avec bienveillance. Je dirais qu’une certaine sagesse est obligatoire. Le métier de psychothérapeute est une seconde profession car il faut avoir vécu avant.
Un travail personnel de fond est aussi obligatoire car comment accompagner si on n’a pas parcouru le chemin. Et plus on va loin, plus on est en mesure d’accompagner loin.
Plus le travail de thérapie personnelle sera profond et fouillé, plus le thérapeute sera en terrain connu : le territoire de la psyché humaine.
On vient à la psychothérapie souvent après des événements qui nous ont poussés à consulter. Mais c’est un long cheminement que de découvrir pourquoi on souhaite être psychothérapeute. Il est important d’avoir fait le point sur cette question fondamentale.

Selon vous… quelles sont en général les causes majeures de l’échec professionnel ?

Mais qu’est ce qu’un échec professionnel ? Etre licencié pour insubordination ? Ne pas fournir les résultats attendus ? Avoir un mauvais relationnel ? Ma réponse par ce questionnement est certes provocante mais mérite qu’on s’y arrête. Les causes d’un échec professionnel sont vastes : le manque de confiance en soi , des problèmes personnels qui empiètent sur le domaine professionnel, une méconnaissance de soi, de ses besoins et de ses valeurs, des croyances limitantes sur soi et le monde du travail. L’anxiété, l’angoisse et une mauvaise gestion du stress peuvent aussi être un cocktail particulièrement puissant pour favoriser l’échec.
Fondamentalement l’échec professionnel n’est-il pas un signal nous avertissant que cette profession (ou l’environnement professionnel) n’est pas pour nous ? Bon nombre de personnes ont vu leur vie basculer dans le bonheur suite à un licenciement. Elles ont réappris à vivre sans stress, elles ont pris le temps de se poser les bonnes questions et de véritablement choisir leur orientation professionnelle.

Vous pratiquez également la relaxation guidée… auriez-vous un petit exercice de relaxation guidée à proposer à nos lecteurs ?

Pour se sentir plus fort et retrouver une stabilité on pourra visualiser un gros chêne et imaginer devenir ce chêne.
Pour trouver le calme on pourra visualiser un paysage inconnu que ce  soit une plage ou une campagne ou un paysage de montagne.
Pour prendre du recul on pourra se visualiser en oiseau survolant des paysages magnifiques.
On pourra illustrer cela de musique de relaxation que l’on trouve dans le commerce.
Le tout doit être accompagné d’une détente du corps s’approfondissant à chaque expiration. On sera aussi plus conscient de sa respiration, de son corps, de ses pensées.
Et afin que cela ait son effet dans la vie de tous les jours on n’oubliera pas de revenir souvent à la conscience de la respiration.
Cette conscience de la respiration est un leitmotiv que l’on retrouve dans la méditation, la sophrologie et l’hypnose.

Un de vos ateliers thématiques traite de l’enfant intérieur. De quelle façon peut-on découvrir ou redécouvrir son enfant intérieur… en quoi peut-il nous être utile dans la vie ?

Nous sommes en contact avec notre enfant intérieur dès que l’on joue et surtout lorsque l’on retrouve des jeux de l’enfance. On se reconnecte à cette dimension de nous même au travers de l’hypnose, au travers du dessin ou à l’aide d’exercice comme la lettre de l’enfant à l’adulte. J’utilise cet exercice en groupe ou en accompagnement individuel.
Entrer en contact avec notre enfant intérieur c’est retrouver spontanéité, joie, créativité, et un puissant élan de vie. Et c’est surtout cicatriser les blessures du passé afin d’être libre aujourd’hui dans sa vie d’adulte.

Interview réalisée pour le site Boutique Bien-être http://www.boutique-bien-etre.org

GeraldynePrévot-Gigant-mediter50 exercices pour apprendre à méditer
par Géraldyne Prévot-Gigant
Vous souhaitez pratiquer la méditation chaque jour mais vous ne savez pas très bien par quoi commencer ? Vous cherchez des méthodes efficaces et simples? Vous souhaitez être libre dans votre apprentissage? Voici un livre fait pour vous.
Mesurer ses besoins et ses connaissances en méditation, en maîtriser les 3 piliers (posture, respiration, vide mental), trouver le chemin vers son moi le plus profond : bref, la pratique du calme intérieur se travaille et commence par une bonne série d’ exercices.

.

Les 4 accords Toltèques, par Don Miguel Ruiz

603193_431168946940491_724177852_n1- Que votre parole soit impeccable.

Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez.
N’utilisez pas la parole contre vous-même, ni pour médire d’autrui.

2- Quoiqu’il arrive n’en faites pas une affaire personnelle.

Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité, de leur rêve. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles.
 
3- Ne faites pas de suppositions.

Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.

4- Faites toujours de votre mieux

Votre « mieux » change d’instant en instant. Quelles que soient les circonstances faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger, de vous culpabiliser et d’avoir des regrets.

.

Don Miguel Ruiz
Les 4 accords Toltèques

.

Voici les vidéos du livre en CD Audio des 4 accords toltèques, avec des images en plus :

.

Suites : 1, 2, 3, 1er accord, 2e accord, 3e accord, 4e accord, 9.1, 9.2, 10

……………………………………………………………………………………………….

Nous travaillerons avec les accords toltèques lors de mes stages.
Tous les détails des stages, soirées et diners-rencontres à www.omaction.net

Affiche-OmAction2015-1-tout-A4_redimensionner

.

Jour du chèque d’abondance

C’est aujourd’hui jour de la nouvelle lune.
C’est donc dans les 24 heures à venir qu’il est temps de faire notre chèque d’abondance !
Pour savoir comment et quand le faire, cliquez sur le chèque !

the-magic-check-fr

Lectures suggérées en complément :
Les Secrets de l’Attraction – Comment mobiliser certaines forces secrètes pour attirer tout ce que vous voulez de la vie
La Science de la Richesse en 17 Leçons – Ce programme vous montre comment, jusqu’à présent, vous n’avez utilisé qu’une infime partie de vos possibilités.
Comment surmonter l’échec et atteindre le succès (Napoleon Hill) – Quand on connaît les lois de la réussite – et comment éviter l’échec – notre vie change du tout au tout pour le meilleur. C’est comme si on était poussé par le vent de la réussite et de la chance…

 

A propos d’amour, par Christiane Singer

« L’amour est visionnaire. Il voit la divine perfection de l’être aimé au delà des apparences auxquelles le regard des autres s’arrête. » Christiane Singer

L’œuvre et la réflexion de Christiane Singer sont tout entières centrées sur la prise en compte nécessaire du spirituel qui couve dans le cœur de chacun. Elle est de sensibilité chrétienne imprégnée de sagesse orientale, qui s’abstient de donner des leçons de morale et exclut tout dogmatisme.


.

Quelques ouvrages de Christiane Singer :
.

.

bannière carré

Abonnement

Votre adresse email :

IMPORTANT :
Vous allez recevoir un courriel avec un lien pour valider votre inscription. Il est important de cliquer sur ce lien pour recevoir les nouveaux articles. Si vous ne recevez pas ce courriel, regardez dans vos spams sinon vous ne recevrez pas les nouveaux articles...

Catégories

Chercher dans ce blog

Autres inspirations