Santé, Bien-Être, Amour, Psychologie, Spiritualité, Ésotérisme, Écologie...

Billets dans la catégorie Livres

La philosophie pour vivre heureux

C’est avec un grand plaisir que je vous présente l’interview de Jacques de Coulon, philosophe et écrivain suisse (qui est aussi mon cousin), à propos de sa philosophie du bonheur.

Son livre : La philosophie pour vivre heureux ! 21 graines de sagesse à cultiver.

.

Ces peuples sans maladies

Présentation de l’auteure

ces-peuples-sans-maladiesCertains peuples jouissent d’une santé exceptionnelle : chez eux, pas de surpoids, une immunité naturelle, pas de crises cardiaques, de cancers, de diabète, d’ostéoporose… L’auteur a réuni ici pour vous leurs habitudes de vie, choix des aliments, modes de cuisson, petits gestes de santé, etc. afin que vous puissiez les transposer personnellement dans votre quotidien.

Quels sont donc les secrets de ces sept peuples ou populations au firmament de la bonne santé :

  • Les centenaires de la vallée de Vilcabamba en Equateur
  • Les Hunzas au Cachemire et leur forme incroyable
  • Les Abkhazes du Caucase et leur espérance de vie hors du commun
  • Les Japonais d’Okinawa qui battent les records de longévité
  • Les Mormons Nord-Américains qui ignorent le cancer
  • Les Crétois centenaires et leur fameux régime alimentaire
  • Les habitants du Sud-Ouest de la France dont l’exceptionnelle santé a créé l’expression « le paradoxe français »…

L’auteur a réuni ici pour vous leurs habitudes de vie, choix des aliments, modes de cuisson, petits gestes de santé, etc. afin que vous puissiez les transposer personnellement dans votre quotidien. Profitez à votre tour, grâce à la lecture de ce livre, de ces savoirs ancestraux (aux résultats prouvés) pour améliorer votre vie en préservant le bien le plus précieux : la santé !

L’étonnante santé de ces peuples

Les scientifiques qui se sont intéressés à ces peuples l’ont fait car ils se sont étonnés de leur bonne santé, leur longévité avec un taux de centenaires plus important que dans le reste de la population et une absence de certaines maladies présentes en Occident.

Après avoir étudié l’influence de plusieurs facteurs, ils sont arrivés à la conclusion que l’alimentation était le facteur déterminant.

Ces peuples sont décrits comme des gens paisibles, aimables comme les habitants de la vallée de Vicabamba en Equateur.

Parmi eux, certains ignorent le cancer, l’hypertension, les maladies cardiovasculaires, le diabète, les maladies dégénératives du système nerveux (Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaque…), les problèmes osseux ou articulaires

Les hunzas du Cachemire au Pakistan ne connaissent pas les problèmes de vue.

Une étude démontra que 81% des abkhazes passaient le cap des 90 ans sans problèmes auditifs et sans problèmes de vue.

L’île d’Okinawa au Japon se situe au premier rang mondial de l’espérance de vie en bonne santé et en proportion de centenaires: 42 pour 100 000 habitants contre 11 en France.

L’Utah est l’Etat des Etats-Unis où l’espérance de vie est la plus longue. 70% de la population sont des mormons qui ont des spécificités sur leur mode de vie et leur alimentation.

Les habitants de la Crète en Grèce sont connus pour un faible taux de maladies cardiovasculaires malgré une cuisine relativement grasse.

Les français du sud-ouest de la France sont réputés pour le fameux « french paradox »: une étude de l’organisation mondiale de la santé (OMS) de 1991 montre 4 fois moins d’infarctus à Toulouse qu’à Glasgow en Ecosse et 2 fois moins à Lille qu’à Glasgow alors que la nourriture y est tout aussi riche en graisses saturées.

Les aliments santé

Les fruits et légumes

Généralités

On retrouve une consommation importante de fruits et légumes frais dans tous les régimes des « peuples sans maladies ».

Ces végétaux ont de nombreuses vertus du fait de leurs différents composants:

  • les vitamines indispensables au bon fonctionnement de l’organisme et à sa bonne santé
  • les minéraux (calcium, magnésium, phosphore, potassium). Les oligo-éléments sont les minéraux présents en faible quantité dans l’organisme (cuivre, chrome, fer, iode, manganèse, sélénium, zinc)
  • les fibres, partie des fruits et légumes qui n’est pas digérée et joue un rôle important contre la constipation et la prévention du cancer du côlon
  • les polyphénols, pigments végétaux responsables de la coloration des fruits et légumes

Les activités normales de l’organisme (digestion, respiration, activité physique) produisent des molécules appelées radicaux libres.

Celles-ci accélèrent le vieillissement, favorisent le cancer, les maladies neurodégénératives, le durcissement et l’épaississement des parois des artères.

Des molécules permettent de lutte contre l’action des radicaux libres, on les appelle antioxydants.

Les antioxydants les plus courants sont les vitamines C, E, le bêta-carotène, les polyphénols, le sélénium et le manganèse.

Un régime riche en fruits et légumes permet de prévenir le cancer, les maladies cardiovasculaires, les maladies cérébrovasculaires, l’hypertension, le surpoids et l’obésité.

Les hunzas consomment leurs fruits et leurs légumes avec la peau. Cette partie du végétal est très concentrée en vitamines, minéraux, fibres et polyphénols. Certains nutriments sont cinq fois plus concentrés dans la peau que dans le reste du fruit.

Les fruits rouges: une puissante source d’antioxydants

Les équatoriens de Vilcabamba consomment beaucoup de framboises, mûres, groseilles, myrtilles, cassis et fraises riches en polyphénols et vitamine C qui sont de puissants antioxydants.

Les agrumes: une arme contre le cancer et le cholestérol

Les agrumes sont riches en vitamine C qui contribue à la bonne santé des os, participe au processus de cicatrisation, stimule les défenses immunitaires et renforce l’action de la vitamine E, autre antioxydant.

Les limonoïdes, composés actifs très présents dans ces fruits, auraient la capacité de prévenir l’apparition de cellules cancéreuses.

Les agrumes représentent une source non négligeable de calcium, de potassium et divers vitamines du groupe B.

L’abricot: le secret de longévité des hunzas?

Cet aliment est présent à tous les repas des hunzas.

L’abricot est avec la mangue le fruit le plus riche en bêta-carotène (ou provitamine A). La provitamine A, une fois absorbée, se transforme dans l’organisme en vitamine A. Or cette vitamine joue un rôle essentiel dans la vision (rappelons que les hunzas ne connaissent pas les problèmes de vue). Selon plusieurs études récentes, une consommation régulière diminuerait les risques de dégénérescence maculaire, première cause de cécité en Occident.

L’abricot est l’un des fruits les plus riches en potassium.

Les pommes: une par jour éloigne le cardiologue

Fruit préféré des abkhazes, la pomme est depuis l’antiquité l’objet de mythes et légendes.

Il en existe près de 6000 variétés et on peut en consommer tout au long de l’année.

Les pommes ont un fort pouvoir antioxydant (quercétine un polyphénol, manganèse, vitamine C) et sont riches en fibres (pectine).

Les choux : des aliments anti-cancer

Les abkhazes consomment beaucoup de légumes de la famille des choux ou crucifères ou brassicacées: brocoli, chou de Bruxelles, chou chinois, chou-fleur, chou-rave, chou romanesco, chou rouge, chou frisé, chou vert, cresson et roquette, navet et rutabaga, radis.

Ces légumes sont riches en sels minéraux, oligo-éléments, calcium, substances antioxydantes (vitamine C, provitamine A, manganèse, polyphénols.

Le brocoli est recommandé en particulier pour lutter contre le cancer.

Les légumes secs

Chez bon nombre de « peuples sans maladies » (abkhazes, équatoriens de Vilcabamba, les hunzas, les japonais d’Okinawa et les crétois) on retrouve une consommation régulière de légumes secs.

Les légumes secs ou légumineuses sont des graines séchées provenant de plantes à gousses. Il s’agit de l’ensemble des haricots secs (haricots coco, haricots rouges, haricots de soja, flageolets…), des pois chiches, des pois cassés, des lentilles et des fèves.

Les légumes secs sont une source de protéines fournissant de l’énergie et jouent un rôle dans le renouvellement des cellules.

Manger des légumes secs avec des céréales complètes permet d’apporter des acides aminés complémentaires aux premiers et permet à notre corps de bien assimiler les protéines.

Par rapport à la viande, les légumes secs sont moins caloriques et moins riches en graisses.

Les légumes secs sont riches en fibres et sont sources de vitamines du groupe B, de minéraux (magnésium, calcium, potassium, fer).

Les fruits secs

La consommation régulière mais modérée de fruits secs représentent un élément déterminant du régime crétois.

Il existe deux types de fruits secs: les fruits secs « moelleux » (abricot, banane, figues, dattes…) et les fruits secs oléagineux (amandes, pistaches, cacahuètes, pignons, noisettes, noix). Ils sont tous deux riches en minéraux divers (calcium, phosphore, potassium, magnésium, fer) et contiennent des vitamines (E, B9).

Les fruits secs sont plus riches en fibres par rapport aux fruits frais.

La tomate: une arme contre le cancer

Les crétois mangent beaucoup de tomates, notamment sous forme de sauce.

La tomate contient une substance appelée lycopène, responsable de la coloration rouge de ces fruits. Sa capacité antioxydante est deux fois plus puissante que celle du bêta-carotène.

D’après de nombreuses études récentes, une concentration importante de lycopène dans le sang tendrait à réduire les risques de cancer, notamment le cancer de la prostate, mais aussi de l’estomac et des poumons. Les capacités antioxydantes du lycopène sont décuplées par la cuisson et l’organisme assimile mieux cette substance lorsqu’elle est absorbée avec un corps gras (ex: huile d’olive).

L’amande: pour la santé du cœur et des os

En Crète on consomme beaucoup d’amandes.

L’amande est un aliment calorique (580 KCal aux 100 g) qu’il faut consommer avec modération.

Elle est très riches en graisses polyinsaturées (bonnes graisses), source de vitamine E aux propriétés antioxydantes, source de magnésium, de potassium et de calcium pour la santé des os.

La noix: un allié pour le cœur

Dans le sud-ouest de la France, on mange beaucoup de noix et on assaisonne souvent les plats avec de l’huile de noix.

La noix est le fruit le plus riche en acide alpha-linoléique indispensable à la bonne assimilation de l’EPA (oméga-3).

Elle est extrêmement riche en antioxydants notamment la vitamine E et en polyphénols.

La noix reste un fruit calorique (660 KCal aux 100 g) donc à consommer en petites quantités.

Les céréales complètes plutôt que les céréales raffinées

Les hunzas, tout comme la plupart des « peuples sans maladies », fabriquent leur pain à l’aide d’une farine de céréales complètes, fraîchement moulue.

Le raffinage consiste à retirer l’enveloppe du grain (son) et son germe, responsables de la coloration brune des céréales, par abrasion (machines qui produisent un frottement).

Le problème vient du fait que l’essentiel des vitamines, sels minéraux et fibres se trouvent concentrés dans l’enveloppe du grain.

Viandes, poissons, oeufs

Manger du poisson ou des fruits de mer quatre à cinq fois par semaine

Les okinawaiens comme les crétois consomment beaucoup plus de produits de la mer que de produits carnés.

La viande et le poisson sont les principales sources de protéines et de lipides. Mais les poissons ont des avantages sur les viandes:

  • ils sont moins caloriques (70 à 220 KCal pour 100 g contre 100 à 450 KCal)
  • les graisses qu’ils contiennent sont bonnes pour le cœur (graisses insaturées de type oméga-3 pour les poissons et graisses saturées pour les viandes): anguille, thon rouge, saumon, sardine, murène, maquereau…
  • ils sont bons pour les os (calcium et vitamine D)
  • ils sont riches en vitamine E, antioxydante
  • ils sont riches en sélénium, antioxydant

Les crétois consomment en plus des poissons des fruits de mer et mollusques (poulpe, seiches, calmars et …escargots):

  • bonnes sources de protéines
  • graisses bonnes pour le cœur
  • bons pour la santé des os
  • riches en magnésium
  • riches en oligo-éléments antioxydants

Manger du poisson cru

Les précieux acides gras oméga-3 supportent mal la chaleur.

Attention aux bactéries, virus, parasites pour les enfants, femmes enceintes et personnes ayant un système immunitaire affaibli.

Ne manger de la viande qu’une à deux fois par semaine

Les crétois, abkhazes, okinawaiens ne mangent de la viande qu’une à deux fois par semaine.

La viande est plus calorique et contient plus de graisses saturées (mauvaises graisses) que le poisson

Consommer un à trois œufs par semaine

Teneur élevée en vitamine E et sélénium (antioxydants).

Il contient du phosphore et autant de calcium que le lait.

L’œuf est riche en vitamine D nécessaire à la bonne assimilation du calcium et en vitamine K, nécessaire à la fixation du calcium.

Il est très riche en vitamine A ou rétinol, vitamine qui génère les pigments nécessaires au bon fonctionnement de la rétine.

Il est source de protéines bien assimilées par l’organisme.

Les produits laitiers et le calcium

Les produits laitiers ne sont pas la seule source de calcium: algues (hijiki, wakamé, kombu, nori), légumes secs (tofu, fèves de soja, haricots secs), fruits frais (cassis, figue), légumes (choux, cresson, épinards…), fruits secs (amandes, noisettes, figues…).

Traditionnellement les japonais et les habitants d’Okinawa ne consomment pas de produits laitiers. Plusieurs études ont montré qu’ils étaient moins exposés aux risques de fractures liées à des pertes osseuses.

Cela vient du fait que les produits laitiers contiennent des protéines végétales et qu’une consommation excessive de ceux-ci entraîne d’importantes pertes de calcium osseux qui n’est pas nécessairement compensé par le calcium des laitages absorbés.

Ainsi il est recommandé de limiter sa consommation à un produit laitier par jour au plus.

Le beurre, le fromage et la crème sont des aliments caloriques et riches en mauvaises graisses.

Le lait est indigeste à partir de l’âge de 3 ans.

Le lait et les laitages contiendraient des substances cancérigènes (prostate, sein, ovaire).

Ail, oignon et échalote: des vertus insoupçonnées

Les crétois assaisonnent leurs plats avec de l’ail, mais aussi de l’oignon et de l’échalote.

Ils ont des propriétés antioxydantes très puissantes et des vertus sur la santé cardiovasculaire et anti-cancer.

Les épices

La cuisine de la plupart des « peuples sans maladies » est peu salée.

Les abkhazes utilisent des herbes aromatiques et surtout des épices.

Les épices ont des vertus thérapeutiques

  • l’anis étoilé, la coriandre et le cumin limitent les risques de flatulences
  • la cannelle riche en anthocyanes, un polyphénol et également riche en manganèse qui sont des antioxydants
  • le clou de girofle est un antiseptique
  • le curcuma dont la substance active est la curcumine, lutte contres les maux d’estomac, les nausées, le cancer
  • le genièvre a des vertus antiseptiques, antioxydantes, contient du fer et du cuivre
  • le gingembre améliore la digestion, lutte contre les nausées, antioxydant
  • la noix de muscade stimule le système digestif, facilite l’élimination des parasites, limite les risques de ballonnements et de flatulences
  • le piment, très bonne source d’antioxydants. La substance qui lui donne son goût, la capsaïcine, est un anticoagulant et pourrait limiter les risques de formation de caillots
  • le poivre a des vertus digestives et antiseptiques
  • le safran a des propriétés antiseptiques et stimule la digestion

Les herbes aromatiques

Pour relever leurs plats, les crétois utilisent des plantes aromatiques pour leur cuisine qui est très peu salée.

  • Consommées fraîches, elles sont riches en antioxydants
  • Consommés sous forme séchée, elles sont riches en minéraux
  • Fraîches ou séchées, elles facilitent la digestion
  • Fraîches ou séchées, elles ont des propriétés antiseptiques

Le sucre

Le sucre raffiné ou sucre blanc est obtenu par des traitements chimiques et est débarrassé de la mélasse, substance responsable de la coloration brune du sucre non raffiné. Or la mélasse contient des vitamines et minéraux et le sucre raffiné pompe le calcium, la vitamine B et C, diminue le seuil de tolérance de la douleur et les défenses immunitaires.

L’auteur recommande une consommation modérée car calorique du sucre de canne complet ou sucre blond.

Le sel gris plutôt que le sel blanc

Tout comme la plupart des « peuples sans maladies », les abkhazes n’utilisent que du sel gris.

Le sel blanc est un sel raffiné contrairement au sel gris. Pour faciliter la conservation du sel blanc, on lui ajoute des composés dérivés de l’aluminium.

Or selon des études récentes, l’aluminium favoriserait les risques de décalcification et d’anémie et pourrait jouer un rôle dans le développement de maladies neurodégénératives notamment la maladie d’Alzheimer.

Le sel naturel, non raffiné, est moins riche en chlorure de sodium (77% contre 95%) et contient des minéraux (magnésium, calcium, potassium) ainsi des oligo-éléments.

Le chlorure de sodium en excès tend à multiplier les risques d’hypertension et de maladies cardiovasculaires. Le potassium du sel gris limite ces effets négatifs.

Le miel: une autre alternative au sucre blanc

Le miel est une alternative au sucre blanc raffiné et n’est pas composé de saccharose pur, a un pouvoir sucrant supérieur au sucre blanc.

Il est moins calorique que celui-ci, il est riche en polyphénols qui sont des antioxydants, plus il est sombre et plus il en contient.

Il est riche en sels minéraux et oligo-éléments. Les miels de miellat (issus des arbres), comme le miel de sapin ou de tilleul, sont en moyenne trois fois plus riches en minéraux que les miels de nectar (issus des fleurs).

Les huiles végétales

Les crétois utilisent exclusivement l’huile d’olive aussi bien pour la cuisson que pour l’assaisonnement.

Par rapport au beurre, les huiles végétales sont riches en vitamine E, en acides gras insaturés (bonnes graisses) et pauvres en acides gras saturés (mauvaises graisses). Les acides gras oméga-3 jouent un rôle protecteur dans le système immunitaire, est anti-inflammatoire et surtout cardiovasculaire.

Les acides gras oméga-6, consommés en excès comme en Occident, tendent à empêcher le rôle protecteur des acides gras oméga-3.

Il convient donc de rétablir l’équilibre en augmentant sa consommation d’acides gras oméga-3 et en diminuant celle des acides gras oméga-6.

On recommande d’utiliser:

  • l’huile d’olive, riche en oméga-9 et pauvre en oméga-6
  • l’huile de colza, riche en oméga-3 et oméga-9, pauvre en oméga-6

De temps en temps pour leur richesse en oméga-3 mais aussi en oméga-6 et pauvre en oméga-9:

  • l’huile de noisette
  • l’huile de noix

A éviter pour leur pauvreté en oméga-9 et leur richesse en oméga-6:

  • l’huile de tournesol
  • l’huile de pépin de raisin

Choisir de préférence les huiles vierges, première pression à froid.

Les algues: encore plus de vertus que les légumes

On utilise beaucoup les algues dans la cuisine d’Okinawa: kombu, mori, wakamé, hijiki.

Comme les légumes ce sont des aliments très peu caloriques et très riches en fibres.

Elles sont très riches en protéines végétales bien assimilées par l’organisme.

Elles sont très riches en vitamines et minéraux (iode, potassium, magnésium, vitamine A.

Le soja

Le soja est un aliment traditionnel de la cuisine asiatique et donc de la cuisine d’Okinawa.

Il fait partie de la catégorie des légumes secs.

Il peut se présenter sous plusieurs formes: lait de soja, tofu, miso, sauce soja, natto.

C’est le légume le plus riche en protéines végétales, il contient des composés anti-cancer.

Les boissons

L’eau 

Il semblerait que les habitants de Vilcabamba en Equateur disposent d’une véritable fontaine de jouvence dans leur eau de source.

  • l’eau du robinet à éviter car elle peut contenir des éléments nocifs issus de son traitement (chlore, potasses, aluminium) et de la pollution agricole (pesticides, nitrates)
  • l’eau de source n’a subi aucun traitement chimique
  • l’eau minérale n’a subi aucun traitement chimique

La différence entre l’eau de source et l’eau minérale vient de leur composition en sels minéraux et oligo-éléments. Il vaut mieux choisir une eau dont le résidu sec ou teneur en sels minéraux ne dépasse pas  500 mg/L. Au-dessus les minéraux ne sont plus assimilés par l’organisme et une consommation d’eau trop fortement minéralisée peut engendrer des calculs rénaux.

L’eau permet d’hydrater et de purifier l’organisme.

Les jus de fruits et légumes

Privilégier les jus fait maison avec une centrifugeuse ou les 100% pur jus au rayon frais car les jus industriels subissent une pasteurisation, processus qui consiste à chauffer les aliments à 75°C afin d’éliminer les bactéries pour augmenter la durée de conservation mais qui en même temps détruit leurs éléments nutritifs.

Le thé vert: un élixir de longue vie

Les okinawaiens boivent beaucoup de thé vert au cours des repas et en dehors.

Cette boisson possède de puissantes propriétés antioxydantes (polyphénols, vitamine C. manganèse), riche en potassium, contient du fluor jouant un rôle dans la prévention des caries dentaires.

Attention le thé contient de la caféine et sa consommation doit être limitée à 3 ou 4 tasses par jour surtout pour les personnes ayant de l’hypertension artérielle.

Modérer sa consommation de café

Pour des raisons religieuses les mormons ne boivent ni thé, ni café, ni soda à base de cola.

Une consommation excessive de café est reconnue comme étant un facteur de risque du cancer de la vessie, surtout si elle s’accompagne d’une consommation de tabac. Le thé ne semble être lié à aucun cancer.

Un excès de caféine tend à augmenter la tension artérielle.

La caféine augmente l’acidité de l’organisme et tend à accroître l’élimination du calcium par les urines ce qui peut avoir un impact sur la progression de l’ostéoporose. Cette substance est surtout présente dans le café mais aussi en moindre quantité dans le thé, les sodas à base de cola, chocolat noir.

Il est conseillé de limiter sa consommation à deux ou trois tasses par jour.

Le vin rouge et le french paradox

Le vin rouge est abordé dans le dernier chapitre concernant les français du sud-ouest avec le fameux « french paradox » médiatisé depuis 1991 par le professeur Serge Renaud. Pour rappel celui-ci suggéra qu’une consommation modérée de vin rouge était à l’origine d’un taux plus faible de mortalité par maladies coronariennes des français du sud-ouest par rapport à d’autres pays (Etats-Unis, Royaume-Uni, Espagne…) malgré une alimentation riche en graisses.

Les français restent les plus gros consommateurs de vin d’Europe: 54 litres par an et par personne contre 17,5 litres pour les anglais par exemple.

Le sud-ouest fait partie l’une des plus grandes régions productrices de vin rouge.

L’auteur, Muriel Levet, relativise les bienfaits du vin en rappelant que celui-ci comme tous les alcools a un effet vasodilatateur et fluidifie le sang donc empêche la formation de caillots.

De plus elle cite toutes les autres causes possibles de la bonne santé des français du sud-ouest: consommation de volailles grasses dont la chair est riche en graisses mono-insaturées (bonnes graisses), les mêmes graisses que l’on retrouve chez les crétois, la consommation de poissons de rivières riches en acides gras polyinsaturées, une consommation plus importante de fruits et légumes.

Dans le même temps elle ajoute que le vin rouge est extrêmement riche en polyphénols et en tanin qui sont des antioxydants mais le gros problème c’est qu’il n’y a aucun mot sur le raisin!

A croire que les polyphénols et les tanins apparaissent suite à la vinification ce qui est faux car ils sont bel et bien présents à l’origine dan le raisin, voici deux citations extraites qui le démontrent: « Les tanins condensés viennent du raisin » , « Dans la baie de raisin, l’essentiel des polyphénols (94 %) se concentre dans la pellicule et les pépins ».

Au sujet des bienfaits du vin rouge sur la santé, voir également l’article précédent  « Vin, santé, mensonges et propagande ».

Les modes de cuisson

Les aliments crus

Mis à part les légumes qui ne peuvent pas se passer de la cuisson (légumes secs, pommes de terre…), les hunzas consomment la plupart de leurs aliments crus. La plupart des vitamines et sels minéraux présents dans les fruits et légumes sont sensibles à la chaleur et tendent à disparaître lors de la cuisson.

La cuisson à la vapeur

Avec la cuisson à l’étouffée il s’agit d’un des modes de cuisson les plus sains. Par rapport à la cuisson à l’eau, elle se fait à une température moins élevée et les aliments ne sont pas en contact direct avec l’eau ce qui permet de préserver les nutriments en particulier les vitamines hydrosolubles.

Traditionnellement ce sont le riz et les légumes que les habitants d’Okinawa cuisent à la vapeur.

La cuisson à l’étouffée

La cuisson à l’étouffée a l’avantage de préserver l’essentiel de la teneur en vitamines et en minéraux des légumes: c’est une cuisson assez lente, mais elle se fait à faible température et ne nécessite que très peu de matière grasse, voire pas du tout.

La cuisson au wok

Le wok, instrument traditionnel de la cuisine d’Okinawa et asiatique en général,  est une sorte de poêle, plutôt en forme de saladier, dont le fond est très peu épais.

C’est un instrument plurifonctionnel (cuire à la vapeur, faire rissoler, saisir, frire) et ne nécessite que très peu de matière grasse.

Le blanchiment des légumes

Très utilisé dans la cuisine d’Okinawa et asiatique en général.

Il s’agit de plonger les légumes dans de l’eau bouillante mais pendant un laps de temps très bref permettant de conserver leur couleur, leur saveur, leurs vitamines et minéraux.

La cuisson à l’eau

Il s’agit de la cuisson classique dans laquelle les aliments sont cuits normalement dans de l’eau.

La friture

Elle se fait à une température très élevée (165 à 180 °C) ce qui détruit l’essentiel des vitamines et sels minéraux. De plus immergés dans l’huile, les aliments deviennent beaucoup plus caloriques et riches en lipides (90 KCal et 0 lipides pour 100 g de pommes de terre à la vapeur ou à l’eau contre 420 KCal et 20 g de lipides pour 100 g de frites).

La cuisson au four

Il s’agit d’un mode de cuisson très utilisé par les crétois et indispensable pour cuire certains aliments (pâtisserie, pain, pizzas, gratins, tartes salées…).

La forte chaleur détruit une grande partie des vitamines. Les acides gras oméga-3 se dégradent rapidement mais ce mode de cuisson reste plus sain que le barbecue.

Le barbecue

Mode de cuisson à éviter à cause des graisses qui lors de la cuisson tombent dans le foyer et produisent des substances hautement cancérigènes (benzopyrènes), qui avec la fumée, se redéposent sur les grillades.

La cuisson au four à micro-ondes

Ce mode de cuisson détruit 75 à 95% des antioxydants contenus dans les fruits et légumes.

Le rayonnement émis par ces fours peut interagir avec le système nerveux central et provoquer des maux de tête, fatigue oculaire, fatigue générale, fatigue générale, irritabilité et troubles du sommeil.

Autres habitudes santé

Manger des produits issus de l’agriculture biologique

La plupart des « peuples sans maladies » ne disposent ni d’engrais ni de pesticides. Ce facteur semble déterminant concernant les cancers (prostate, testicule, ovaires) et les maladies neurodégénératives (maladie de Parkinson).

Prendre son temps pour manger

La sensation de satiété, quant à elle, se produit environ 20 minutes après l’ingestion des premiers aliments. Ce n’est qu’au bout de ce laps de temps que le cerveau détecte l’augmentation du taux de sucre dans le sang et déclenche cette sensation. C’est pour cette raison qu’il faut prendre son temps pour manger. Un repas doit toujours durer plus de vingt minutes.

Manger frais

Eviter les plats cuisinés industriels:

  • ils sont souvent très caloriques et riches en graisses
  • il sont riches en sel ce qui multiplie les risques d’hypertension et de maladies cardiovasculaires

Eviter les conserves industrielles car les méthodes de conservation (pasteurisation, irradiation) détruisent les vitamines et peuvent provoquer des radicaux libres. De plus les additifs alimentaires contenus dans les conserves peuvent avoir des effets néfastes sur la santé (allergies, ulcérations…).

Pour les fruits et légumes bruts, le meilleur mode de conservation est la surgélation car il préserve les vitamines. Il vaut mieux préférer ces produits surgelés aux conserves.

Manger peu calorique

Les okinawaiens mangent peu calorique par choix et non pour des raisons économiques (1800 calories par jour contre 2300 pour un français et 2500 pour un américain). Ils considèrent l’alimentation comme une médecine.

Certains autres « peuples sans maladies » limitent leurs calories pour des raisons économiques.

Ne pas fumer

Pour des raisons religieuses seuls 7% des mormons fument contre 24% de la population totale américaine.

Pour mémoire, voici un rappel des maladies liées à la consommation de tabac:

  • cancers des poumons et des voies aéro-digestives supérieures (rissques mutipliés par 40 pour un buveur)
  • maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires
  • maladies respiratoires
  • baisse et perte de la vision
  • baisse de capacités sexuelles et de la fertilité
  • carences en vitamines A et C
  • vieillissement accéléré de la peau

Ne pas boire d’alcool

Pour des raisons religieuses les mormons sont extrêmement peu nombreux à boire de l’alcool.

Une consommation (excessive?) d’alcool accroît les risques de plusieurs maladies:

  • cirrhose et cancers (pancréas, coloréctal, sein et voies aéro-digestives supérieures)
  • maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires
  • dépendances et problèmes psychologiques et sociaux
  • insomnie
  • baisse des capacités sexuelles et de fertilité
  • carences en vitamines du groupe B

Résumé et remarques

L’alimentation permet d’apporter l’énergie nécessaire au fonctionnement de notre corps mais est également « une médecine de vie » comme l’ont bien compris les habitants d’Okinawa au Japon: certains aliments malsains, consommés trop régulièrement, de même qu’une alimentation globalement déséquilibrée, tendent à multiplier les risques de contracter certaines maladies.

Inversement, une consommation régulière d’aliments sains tend à préserver la jeunesse du corps et à prévenir l’apparition de dizaines de maladies, dont les deux premières causes de mortalité en France, la crise cardiaque et le cancer mais aussi de l’ostéoporose, de l’arthrite, des maladies oculaires.

Les aliments à privilégier:

  • produits issus de l’agriculture biologique: l’inscription A.B figure en général sur ces produits  :-D
  • beaucoup de fruits frais (fruits rouges, agrumes, tomate, abricot, pomme), de fruits secs (amande, noix), légumes frais (choux), légumes secs
  • produits surgelés non cuisinés
  • fruits et légumes crus avec la peau
  • des céréales complètes plutôt que des céréales raffinées
  • des poissons, fruits de mer, oeufs
  • algues et soja
  • jus de fruits et légumes, eau de source, eau minérale, thé vert
  • ail, oignon, échalotte, épices, herbes aromatiques
  • sucre complet, miel, sel gris
  • huiles végétales (olive, colza)

Les aliments à limiter ou éviter:

  • plats préparés, produits allégés
  • limiter le sucre et le sel
  • viande (rouge)
  • produits laitiers: beurre, crème, fromage…
  • huile de tournesol, huile de pépins de raisin
  • eau du robinet, café, sodas
  • desserts, sucreries: pâtisseries, viennoiseries, barres chocolatées, biscuits industriels…

Quelques habitudes concernant les modes de cuisson:

  • privilégier les fruits et légumes crus, la cuisson à la vapeur, à l’étouffée, au wok, blanchiment
  • de temps en temps la cuisson à la poêle ou la cuisson à l’eau
  • éviter les fritures, le four à micro-ondes, le barbecue

Quelques autres bonnes habitudes santé:

  • manger peu calorique (ne pas sortir de table le ventre plein)
  • éviter de sauter les repas, manger lentement pendant au moins 20 minutes
  • éviter de boire de l’alcool et de fumer

Certaines idées du livre n’ont pas été reprises dans cet article volontairement faute de consensus sur certains aliments: les arguments sur les effets de l’alimentation sur le cholestérol cités dans ce livre n’ont pas été cités volontairement à cause de la polémique soulevée par Michel de Lorgeril et Philippe Even. Selon eux le cholestérol est une molécule indispensable et les satines, médicaments pris pour lutter contre le cholestérol, ne sont d’aucune utilité.

De même l’auteur recommande de faire trois repas par jour mais d’autres spécialistes de la nutrition recommandent de faire des petites collations dans la journée en plus.

Enfin la question du vin rouge a été abordée dans cet article et dans le précédent. Le livre a été édité en 2007 et il est possible que l’auteur n’ait pas eu connaissance des dernières études notamment celles de l’institut national du cancer (INCA).

Le livre met l’accent sur le principal facteur à savoir l’alimentation. Cependant il ne faut pas négliger d’autres facteurs qui influencent la santé: l’activité physique et sportive, la qualité de l’air (pollution), le stress, le sommeil, les rayonnements électromagnétiques, les radiations…

Plus d’informations et de détails dans le livre avec notamment une liste d’aliments à privilégier et à éviter à la fin.

Source: Ces peuples sans maladies de Muriel Levet aux éditions Trajectoire
Tiré du blog de message-universel.info. Merci à l’auteur inconnu pour ce magnifique message !

.

Livre : J’aide la chance

Dans son livre « Eloge de l’optimisme », Philippe Gabilliet développait un chapitre intitulé « Pourquoi les optimistes ont-ils plus de chance que les autres ? »

par Yves de Montbron, secrétaire de la Ligue des Optimistes de France

jaidelachanceAujourd’hui, Francis Zentz publie un nouvel ouvrage qui fait à nouveau le lien entre chance et optimisme : « J’aide la chance ». L’auteur nous propose une réflexion sur la chance, d’où elle vient, comment elle se présente et comment on la cultive.

Il nous accompagne dans la lecture de cet ouvrage en détaillant les 5 clés que chacun de nous peut actionner et cultiver au quotidien pour développer sa chance :

- Conscience. Le regard que nous portons sur les événements, et notre interprétation positive (ou négative) de ces événements crée des espaces porteurs de chance (ou pas). Tout événement que nous vivons est neutre ; c’est notre interprétation qui le transforme en moteur ou en frein.

- Clarté. C’est le dialogue intérieur positif que nous entretenons avec nous-même, qui nous donne confiance en nous, nous donne des ailes, nous permet d’oser faire le premier pas. Dans certain cas, notre dialogue intérieur est inhibant (« tu n’y arriveras pas, inutile d’essayer…« ) et bloque l’arrivée de l’opportunité qui aurait pu tout changer. Dans ce cas, nous devenons nous-même le pire ennemi de notre propre chance.

- Connexion. C’est notre niveau d’extraversion qui influe sur notre capacité à nous connecter aux autres, principaux vecteurs de chance. On peut améliorer son extraversion naturelle avec un minimum d’efforts et pour un maximum d’avantages. Chaque personne que nous rencontrons porte un message pour nous et il ne tient qu’à nous de le recevoir.

- Curiosité. C’est notre ouverture d’esprit, l’intérêt que l’on accorde à son environnement, porteur de possibilités, d’opportunités. Cette faculté se développe facilement, car l’inattendu se trouve juste hors de notre zone de confort. Nous pouvons élargir le champ de notre curiosité pour découvrir des sphères de chance inattendues. C’est quand, la dernière fois que vous avez fait quelque chose pour la première fois ?

- Construction, l’action dans la durée. Chaque jour, nous faisons une bonne centaine de choix et chacun d’eux peut être une porte ouverte à la chance. En effet, celle-ci se construit par nos choix, nos décisions et nos actions quotidiennes. Un individu qui ose, qui tente, qui renouvelle ses demandes aura toujours plus de chance que celui qui reste enfermé dans sa bulle.

Par opposition à la « loi de Murphy » (si quelque chose peut mal tourner, elle va forcément mal tourner), l’auteur nous propose la « loi de Zentz » qui se décline sous deux facettes :

- Quand quelque chose de bien nous arrive, il y a de fortes chances pour que d’autres bonnes choses nous arrivent ensuite.

- Lorsque quelque chose de désagréable nous arrive, il y a sûrement un signe ou un message positif à recevoir.

Si le résumé de ce livre vous parle, suivez ce lien…

« J’aide la chance » par Francis Zentz, éditions En Avance

.

Livre : Oui tout est possible

Treize étapes pour réaliser ce qui nous tient à coeur

Par Dominique Allaire,
Coach de vie, auteure et conférencière québécoise

Nous venons au monde avec des grains de possibles bien enfouis au fond de nous-mêmes. Il nous revient de les découvrir et de veiller à ce qu’ils s’épanouissent. Dominique Allaire nous suggère treize étapes pour réaliser nos possibles. Tirée de ses expériences et conclusions personnelles, sa démarche est ponctuée d’exemples pour mieux comprendre et accepter les cadeaux de la vie.

Oserez-vous tendre l’oreille à la voix de vos passions secrètes? Accepterez-vous de partir à la découverte de vos possibles? Prendrez-vous le temps d’explorer les possibilités dont
regorge votre vie? Alors, détendez-vous. Oubliez vos hésitations et lâchez la bride à votre imagination. L’Univers vous tend les bras depuis votre naissance. Votre aventure ne fait que
commencer!

Pour en savoir plus et acheter le livre, cliquez ici.

.

 

Livre : Du syndrome prémenstruel à la ménopause

En tant que femme, nous n’avons pas de raison de souffrir de «maux féminins», qui sont en fait des maux occidentaux puisqu’ils n’existent pas dans d’autres cultures. Pauline Houle, thérapeute à Montréal, a aidé des centaines de femmes à guérir de ces maux et vivre leur féminité sereinement et sans souffrances autant physiques que psychologique. Elle en a écrit le seul livre qui existe à ce sujet. Au-revoir les maux de ventre, les SPM, la déprime, les chaleurs, etc… !!!

Le Vrai Message de mon Inconscient

Par Pauline Houle
Thérapeute, auteure et conférencière, Montréal

livreIl est bien connu de la plupart des humains que lorsque nous sommes affublés d’une situation difficile, nous ne voyons pas toujours très clair; que ce soit dans notre vie amoureuse, au travail ou en lien avec notre passé, nous avons tous un coin de noirceur qu’il nous est utile de laisser éclairer par quelqu’un d’autre, de plus objectif et enclin à une certaine neutralité.

Les SPM ne diffèrent en aucun point. Lorsque je propose aux femmes de faire un certain exercice d’introspection et que je les aide à comprendre ce qui peut se cacher derrière leurs souffrances, quelle portion de leur vie, de leur passé non résolu veut bien s’ouvrir à la conscience du moment, et dès l’instant qu’elles font ce fameux lien de comprendre ce qui s’y cache, une guérison s’ensuit. Pour certaines, c’est du jour au lendemain, pour d’autres d’un mois à l’autre.

Chose certaine, toutes les femmes que j’ai aidées avaient une histoire bien intime qui se cachait derrière leurs souffrances.

Je vous invite à vous découvrir, c’est encore la meilleure voie de guérison.

Ce livre propose une approche nouvelle aux femmes prises avec cette bête mensuelle qui peut paraître insurmontable.

Pour en savoir plus et commander le livre, cliquez ici.

.

Livre : La danse du condor amérindien

par Don Marcelino, homme de connaissance du Pérou

L97828923928211_resizeOn dit que lorsque le condor vole en cercle, il nous transmet un message et nous invite à voyager avec lui. Don Marcelino vous propose de suivre la spirale de la danse selon différents cercles avec le condor…

– Dans le premier cercle, c’est la découverte des cercles sacrés;
– Le deuxième est le cercle des ancêtres où il explique comment les ancêtres communiquent avec nous tous les jours;
– Le troisième cercle est celui du silence comme énergie pour que le mental se calme et que le coeur commence à parler…

La suite ici >>>

 

.

Les 7 Clés de la Guérison

PREMIERE CLE : Décider de guérir avec confiance et détermination

Si nous désirons simplement guérir, alors nous vivons dans l’espoir et l’attente. Nous ne sommes pas maître des évènements, nous les subissons. Nous sommes dans l’expectative. Pour guérir, nous devons transformer notre désir en décision, et le faire avec confiance et détermination !

Cette décision est le début de notre guérison.

DEUXIEME CLE : Devenir l’acteur principal de sa guérison

Couverture7clesdelaguerisonPar nos comportements et nos pensées erronés, nous créons nos maladies et préparons le terrain favorable à l’apparition de toutes sortes de dysfonctionnements. Nous faisons ensuite appel à des spécialistes – thérapeutes, médecins, guérisseurs, pour nous guérir.

Nous sommes donc initialement l’acteur principal de nos maladies, mais nous demeurons spectateur de notre processus de guérison. Pour guérir, nous devons changer de rôle, et devenir l’acteur principal de notre guérison.

Les thérapies, techniques ou traitements deviennent des aides précieuses que nous pourrons utiliser pour notre guérison.

TROISIEME CLE : Cultiver des pensées positives

On ne guérit pas dans la tristesse et le pessimisme, mais dans la joie et l’optimisme. Nous devons choisir d’être heureux, et cultiver des pensées positives qui suscitent des émotions dynamisantes. Ainsi nous créons l’environnement propice à notre guérison.

Bannissez les pensées négatives, et devenez un optimiste incurable !

QUATRIEME CLE : Adopter de nouvelles attitudes

La guérison est un processus de transformation.
Celui qui est guéri n’est plus le même que celui qui était malade.
Notre résistance au changement est un obstacle majeur à notre guérison.
La guérison nécessite au minimum de profonds changements et, le plus souvent, une véritable transformation. Elle s’accomplit en adoptant de nouvelles attitudes.

CINQUIEME CLE : Eveiller son intuition

Notre intuition nous permet de remonter aux causes, même les plus inattendues, de notre maladie. Elle peut de surcroît nous guider tout au long de notre processus de guérison. Cet éclairage peut se faire en nous indiquant les changements comportementaux que nous devons adopter, mais aussi en nous guidant vers la ou les personnes qui sauront nous aider à guérir. Ainsi, lorsque nous apprenons à écouter et à faire confiance à notre intuition, nous découvrons qu’elle est notre plus précieuse alliée sur le chemin de la guérison.

SIXIEME CLE : Utiliser son pouvoir de guérison

De même que nous avons la capacité de développer des maladies extrêmement complexes, nous avons tous le pouvoir potentiel de nous guérir. Guérir est une faculté naturelle inhérente à chacun dentre nous, pourtant rares sont celles et ceux qui utilisent ce merveilleux pouvoir de guérison. La plupart d’entre nous na même jamais songé à cette possibilité. Pourtant, le pouvoir de guérison nest pas un « don » réservé aux guérisseurs, il est une faculté que nous pouvons utiliser à tout moment.

SEPTIEME CLE : Persévérer jusqu’à la réussite

La guérison commence dès qu’on le décide réellement. Mais de même que les maladies se déclarent après une période d’incubation, la guérison devient totalement manifeste après un temps de gestation.
Les effets de la guérison peuvent êtres immédiats dans certains cas, ou par étapes dans d’autres, selon les attitudes de chacun, et les causes et symptômes de la maladie.

Notre persévérance nous garantit une guérison totale et durable.

Amédée Louis-Fernand et Brenda Guidi
Auteurs du livre Les 7 Clés de la Guérison

Livre : Les cigognes n’avortent jamais


cigognes-fred-betend.jpg
Louna est une jeune femme qui rêve au grand amour, le seul, le vrai. Elle n’a connu jusqu’ici que les souffrances. Elle rencontre enfin celui qui comblera sans aucun doute ses espoirs les plus fous. Mais très vite tout semble pourtant s’évanouir rapidement. Pourquoi tant de souffrances? Sa grande amie Maggie l’aide alors à décortiquer toute sa vie et ses douleurs. Ce roman parle des femmes qui ont vécu la souffrance et trouvent enfin la lumière.

« J’avais hâte de connaître ce qu’allait faire Louna par rapport à la situation et à elle-même. J’aime l’humour qu’on trouve dans ce roman et en même temps Frédérique Bétend y délivre un message spirituel très fort qui fera son chemin dans l’esprit de chaque lecteur. J’aime aussi ces notions d’amisoeur et de partage du coeur, et l’image de ces deux femmes modernes. »  Corine Madelain, artiste, coach et sophrologue.

« Parce qu’on a toutes été un jour une Louna, tout le monde se retrouve dans ce roman écrit par Frédérique Bétend. » Isabelle Philippe, journaliste.

Auteur
Frédérique Bétend a 39 ans, elle enseigne avec enthousiasme et passion les lettres et l’histoire à Bordeaux. Les cigognes
n’avortent jamais est son premier roman.

Acheter ce livre en cliquant sur ce lien : Les Cigognes n’avortent Jamais

.

Livre : La mémoire cosmique amérindienne

par Don Marcelino, homme de connaissance du Pérou

L97828923926161_resizeLe message de Don Marcelino est d’apprendre à :

* goûter l’instant de beauté des choses
* saisir l’éternité dans chaque instant
* contempler l’éternel instant

L’Homme n’existe pas encore. L’être incarné est une espèce en mutation qui se réalisera en retrouvant sa mémoire cosmique. Lorsque les êtres humains ne vivent que dans leur tête, ils entraînent la destruction de leur corps… et celle de leur planète. Les Amérindiens ne disent pas qu’ils sont des humains qui cherchent une élévation spirituelle, mais bien qu’ils sont des êtres spirituels qui cherchent à vivre une expérience humaine.

La suite ici >>>

.

Livre : Manuel du Maître

A l’intention des apprentis de la vie

Par Dominique Allaire,
Coach de vie, auteure et conférencière québécoise

Et s’il y avait un livre qui dévoilait les grands principes de la vie? Un manuel pour comprendre l’Univers dans lequel nous évoluons, pour découvrir de quelles façons nous pouvons utiliser consciemment les lois universelles afin de réaliser notre potentiel et de vivre une existence pleinement épanouissante? Un manuel du maître pour les apprentis de la vie!

Dominique Allaire nous offre un tel manuel, comme un héritage qui se lègue de générations en générations. Il y a dans ce livre l’essentiel à savoir sur la vie. Rempli de sagesse, de conseils, d’explications claires sur les grands principes de l’Univers, ce manuel pourra transformer votre vie et celle de ceux qui vous suivront.

Pour en savoir plus et l’acheter, cliquez ici.

 

.

 

Catégories

Abonnement

Votre adresse email :

IMPORTANT :
Vous allez recevoir un courriel avec un lien pour valider votre inscription. Il est important de cliquer sur ce lien pour recevoir les nouveaux articles. Si vous ne recevez pas ce courriel, regardez dans vos spams sinon vous ne recevrez pas les nouveaux articles...

Chercher dans ce blog

Autres inspirations