Je ne suis pas parfaite, je suis juste moi-même

By on 06/05/2017

et je ne suis pas imparfaite !

Jeudi soir, j'ai participé à une réunion où j'ai partagé une situation que j'avais vécue quelques jours plus tôt. Le lendemain matin, je me suis réveillée en colère contre moi. Je m'en voulais d'avoir pris trop de temps/place avec mon partage et d'avoir, pensais-je, partagé un jugement négatif envers une personne impliquée dans la situation. Je me tapais sur la tête (pas) joyeusement et m'en voulais sévèrement de ne pas avoir été "parfaite", soit sans jugement et sans prendre "trop" de place/temps.

Ma lionne intérieure rugissait. J'avais beau dire à mon ego de se calmer le pompon et vouloir l'envoyer paître, que ce n'était pas vrai, que je n'avais pas à m'en vouloir, etc., rien n'y faisait.

Heureusement, j'avais mon cours de yoga à 8h du matin qui a commencé par un moment de respiration et méditation. Avec le temps et la pratique, j'ai maintenant accès à mon espace méditatif intérieur, le "point où rien ne bouge" – comme je l'appelle -, l'espace du témoin, assez rapidement.

Ce fut quasi instantané. En quelques secondes, les yeux fermés, mon attention portée sur ma respiration et mon centre, j'ai senti que je reprenais mon pouvoir sur moi-même et mes pensées. J'ai retrouvé la paix, la douceur et la joie intérieures qui ont repris place dans mon ventre puis dans tout mon être tandis que ce chaos mental s'éloignait de moi rapidement.

Je suis restée très surprise de la vitesse avec laquelle cette transformation s'est produite. J'ai eu l'impression que, en quelques secondes, plus de 90 % de ma colère et de ma culpabilité se sont littéralement dissous au profit d'un espace intérieur infiniment plus paisible et agréable. J'ai senti que je retrouvais de l'amour en moi, pour moi, celui qui est là en permanence, avec lequel on perd parfois la connexion (ce qui nous amène alors dans un espace mental, égoique et chaotique fort désagréable). Un espace de perfection à savourer.

Perfection et estime de soi

Je dirais que la perfection, telle qu'on la vit consciemment ou pas, ou telle qu'on la ressent de la part de quelqu'un, est un symptôme et non un état d'être.

En effet, une personne qui tend à la perfection nous montre, en fait, à quel point elle n'a pas confiance en elle. L'un est inversément proportionnel à l'autre. Plus on veut être parfait, plus la confiance en soi est petite, ou moins elle est grande. Enfin bref, vous comprenez.

Vouloir être parfait se manifeste pour contrer et combler le manque d'estime de soi. Plus on cherche à être reconnu et aimé, plus on fait en sorte d'être parfait. C'est un réflexe le plus souvent inconscient développé dans l'enfance pour attirer l'attention vers soi, pour qu'on nous aime.

Dans la perfection, il y a une grande confiance en soi dans le FAIRE mais pas dans l'ÊTRE de la personne. Elle a une totale confiance en ses actes et capacités de faire mais, derrière, se cache une personne émotionnellement fragile et avec une faible estime de soi sur d'autres plans.

En soi, vouloir être parfait est une qualité puisqu'on veut toujours faire au mieux. On devrait être fier de ce qu'on fait et de qui on est. A l'opposé, cette façon d'être peut nous faire vivre dans une prison de culpabilité, de honte, d'auto-jugements et d'auto-sabotage. Ce qui devrait être de la fierté – et non de l'orgueil -, reste en fait collé au plancher car on se sent tout petit.

Je dois être parfait pour être aimé

Au départ, encore très jeunes, nous avons déduit puis imprimé cette croyance suite à une série de situations relationnelles : en étant parfait, je serai reconnu(e) et aimé(e).

Alors que d'autres font les 400 coups ou tombent dans la drogue pour attirer l'attention, nous avons choisi d'être parfaits pour la même raison. 

Pour certains, cela va même plus loin avec, en plus, le désir d'apporter de la paix et de l'amour dans le cercle dans lequel nous vivons, que ce soit la famille, les amis, le travail. Nous avons mis en place ce système qui nous fait porter le poids de responsabilités incroyables sur nos épaules. Les voyez-vous ?

Ce n'est pas à un enfant d'avoir la responsabilité d'être parfait, gentil et raisonnable pour que la paix soit dans la maison. Ce sont aux parents et aux éducateurs à amener cet état dans le cercle pour que l'enfant puisse être libre d'être un enfant et de se développer dans/avec sa véritable confiance en son ÊTRE, non seulement en son FAIRE.

Perfection relative et perfection absolue

La perfection imparfaite ou l'imperfection parfaite

La perfection, pour nous, êtres humains, est relative puisqu'elle existe en comparaison avec quelqu'un ou quelque chose. La perfection absolue est Dieu, ou l'univers, ou ce qu'on considère comme parfait et que nous ne serons jamais qu'au jour de notre illumination ou de notre mort lorsque nous arrivons dans la lumière divine.

Nous ne pouvons que tendre vers la perfection et, donc, nous améliorer chaque jour un peu plus pour atteindre ce qui, pour chacun de nous, à notre façon, avec notre philosophie et nos repères comparatifs, pourrait être notre perfection. Celle-ci sera très probablement différente pour toute autre personne puisque ses repères ne seront pas les mêmes. Ce qui nous semble parfait pourra donc être considéré imparfait par quelqu'un qui a d'autres points de comparaison que nous.

La notion de perfection existe donc à partir du moment
où on se compare et où on se juge.

Si on ne se compare pas, si on ne se juge pas, si on ne se culpabilise donc pas, on atteint un espace où on se sent parfaitement parfait. Les imperfections pour lesquelles nous nous accusons sont simplement des reflets qui prennent place quand on se regarde dans le miroir des autres et qu'on considère les jugements des autres à notre égard comme étant vrais.

Jugement ou constatation ?

Quand j'étais jeune, ma mère me disait parfois que je jugeais trop. Je lui répondais que je ne jugeais pas, que je constatais. J'observais et émettais un sentiment qui m'appartenait. Point. Je n'avais pas d'implication émotionnelle dans ces constatations.

Je n'étais cependant pas "parfaite", ainsi, aux yeux de ma mère et de mon entourage. Ils ne comprenaient pas comment je fonctionnais. Je n'étais pas "normale". Pour eux, il était inconcevable que je puisse être détachée émotionnellement de ces considérations.

Avec les années et quelques traumatismes violents, ma confiance en moi, à ce niveau, a baissé et j'ai commencé à me juger moi-même consciemment, à me dénigrer, à toucher à ma culpabilité et ma honte profondes, etc. A force de se faire faire croire des choses quand on est jeune, on finit par le croire.

Jeune, je voulais être parfaite pour qu'on m'aime alors que je vivais dans une famille disfonctionnelle et violente. Vouloir être parfaite, raisonnable, gentille, etc… était avant tout destiné, pour moi, à amener de la paix dans la maison puisque, en ne faisant pas de vagues, on allait me reconnaître comme "gentille", la petite fille parfaite. Je n'allais pas avoir à me sentir coupable d'avoir créé une situation désagréable puisque je n'aurais cherché qu'à créer la perfection… en considération des attentes de mes parents et de la famille, en réponse avec ce que EUX voulaient de moi, pensais-je.

Cette perfection est issue de comparaisons et/ou en réponse
à des attentes qu'on croit avoir de personnes qui nous importent.

Vendredi matin dernier, quand je me suis levée en colère, j'ai écrit un petit message à une amie pour lui partager mon feeling désagréable. Elle m'a simplement répondu : "Je comprends ce que tu ressens. Tu as cependant été authentique dans ce que tu pensais et c’est ok. Ce n’est pas un jugement que tu as émis, c’est une constatation, ce qui est différent".

Si je me juge, je me tape sur la tête et me culpabilise. Je fais ça toute seule. Besoin de personne pour ça. Vous avez déjà remarqué ? Par contre, pour se faire des compliments à soi, les recevoir et reconnaître qu'on est bon, ça nécessite des centaines de personnes ! 😉

Le paradoxe, c'est que, on veut être parfait pour être reconnu et aimé et que, quand la reconnaissance et l'amour arrivent, on a de la peine à les recevoir car on ne se reconnait ni ne s'aime pas vraiment soi-même ! C'est le chien qui se mord sa queue…

Quand je constate, j'observe simplement, je ne génère aucun sentiment négatif. Je considère juste certaines choses en fonction de mes valeurs qui m'appartiennent en propre et ne sont éventuellement pas les mêmes que d'autres personnes ont. Je suis détachée de l'objet de mon observation.

Quand je juge, je suis impliquée émotionnellement dans l'observation. J'émets des émotions en rapport avec la situation.

Se détacher de la perfection être revenir à Soi

De même, ma notion de perfection devient donc obsolète puisque je suis la seule à considérer ma perfection avec ces valeurs qui sont les miennes. Il me reste donc à accepter que je suis parfaite dans mon imperfection.

Je fais de mon mieux.
Je suis du mieux que je peux être.
Telle est ma perfection absolue, ici et maintenant, juste pour moi.

Tout jugement à mon égard reviendrait à relativiser cette perfection et, donc, à considérer clairement qu'elle n'existe pas en soi sur cette terre parmi nous, humains.

Nous sommes donc tous imparfaits
et pourtant parfaits tels que nous sommes.

C'est ainsi que, de ma culpabilité et ma colère dues à mes jugements sur le fait que je pensais ne pas avoir été parfaite jeudi soir, à ma méditation du vendredi matin, j'ai réussi à revenir à moi et à récupérer mon pouvoir. J'ai retrouvé mon centre. J'ai repris ma place de témoin. J'ai ainsi pu constater plutôt que juger. J'ai réussi à me détacher de ce chaos créé par mon mental/ego, lequel a encore parfois les pieds accrochés dans les fleurs du tapis du passé.

Comme chaque situation que nous vivons est parfaite sur notre chemin du Bonheur, nous sommes parfaits à le suivre et le vivre tel quel. Nous sommes parfaits tels que nous sommes même si nous nous trouvons toujours quelques défauts ! Nous sommes humains et toutes ces considérations négatives à notre sujet se dissoudront le jour de notre mort et de voyage dans la lumière divine, le jour de notre illumination.

D'ici là, vive la perfection dans l'imperfection… ou la parfaite imperfection ! 😉

Des outils pour en sortir et être heureux

Alors, si vous tournez dans le perfectionnisme ou dans des émotions négatives, asseyez-vous confortablement, respirez profondément et revenez à votre centre, au point où rien ne bouge, où se trouve la joie infinie et éternelle… Là est la seule place, dans l'Être, où on trouve la paix, l'amour, la joie… le Bonheur. La méditation est une clé. Reste ensuite à régler les raisons/croyances/blessures pour lesquelles vous avez besoin d'être parfait(e). Une thérapie, des stages peuvent vous aider à sortir de ce carcan et vous permettre d'être enfin libre d'être qui vous êtes vraiment.

Avec Amour

De tout coeur

Dominique

Merci de laisser vos commentaires ci-dessous pour qu'ils restent avec l'article plutôt que se perdre dans Facebook.

© Dominique Jeanneret, toute reproduction de ce texte permise, en tout ou partie, dans un espace non-commercial, à condition de ne rien y changer et d’ajouter ma signature ainsi que ces lignes et un lien vers www.chemindevie.net. Merci pour votre collaboration.

Thérapeute en intégration psychocorporelle (PCI)
Accompagnante psycho-spirituelle et énergétique
www.dominiquejeanneret.com
www.facebook.com/dominiquejeanneret4

.

Photo de la bulle de savon gelée par Angela Kelly

.

 

 

 

 

 

2 Comments

  1. Marie-Anna

    07/05/2017 at 8:09

    Merci beaucoup pour tous tes bons articles. Je les lis avec beaucoup de bonheur.Ils m'apportent beaucoup dans ma vie de tous les jours.Mon cheminement s'en trouve facilité.

     

    J'espère te lire encore longtemps

     

    Marie-Anna

    • Dominique

      08/05/2017 at 8:22

      Merci Marie Anna, puissent-il continuer à te faire du bien.

      De tout coeur, Do