Qu’est-ce que la réussite ?

By on 07/03/2017

Genève, 5h du matin. Dans 5h, je serai dans l’avion pour Montréal.

Cela fait environ six mois que j’ai quitté ma terre de résidence depuis 30 ans, le Québec. J’ai passé trois mois en Europe, six semaines en Inde, six semaines au Sri Lanka et je rentre au Québec. Je ne peux pas dire que je « rentre à la maison » car je n’ai pas de chez-moi au Québec. Je vais habiter chez un ami avec qui je m’entends très bien et avec qui j’ai du plaisir… mais qui a mis sa maison en vente. Je vais donc probablement devoir me trouver un autre logis bientôt. De toute façon, après presque trois ans de nomadisme non prévu à l’origine – je devais juste aller passer trois mois en Europe puis j’ai mis toutes mes affaires en garde-meuble il y a deux ans -, j’ai envie de me refaire un cocon au Québec cette année.

Il fait nuit et la neige tombe sur Genève tout blanc ce matin. Ça change de la grisaille pluvieuse des derniers jours en Suisse. Je suis seule chez mon amie et je fais un petit bilan de ces derniers mois, des trois dernières années. Du gros changement que j’ai opéré depuis janvier 2014. Un tournant qui s’est placé après avoir rencontré mon jumeau perdu et avoir fait un gros tournant de vie. J’ai en fait, alors, atterri dans ma vie, sur terre.

Le but de ce nouveau tournant de vie était d’être heureuse, de « réussir ».

Réussir quoi, en fait ?

Réussir à avoir un compte en banque bien plein, une belle maison, une belle auto et pouvoir me payer tout ce dont j’ai envie. Réussir à avoir une belle notoriété et être aimée de tout le monde. Réussir à avoir une vie de couple et de famille harmonieuse et heureuse. Ne plus avoir de soucis à propos de rien.

Ultimement, c’est ce que je désire comme tout le monde mais ce n’est pas prioritaire pour moi.

Réussir, pour moi, c’est réaliser mes rêves, me sentir libre, et je l’ai fait et continuerai toujours de le faire. J’ai réalisé des rêves que j’avais, certains depuis très longtemps, et d’autres que je n’avais même jamais pensé un jour vivre. Cela a été au-delà de mes pensées. Des pensées de mon inconscient sont venues à la conscience puis se sont matérialisées dans la réalité physique. Magie, cadeaux, surprises… Je ressens une infinie et profonde gratitude pour tout ce que je me suis créé et que j’ai reçu.

Voyages, écriture, photos et animation d’ateliers en développement personnel étaient mes quatre rêves de base qui se sont réalisés dès 2014. A ceux-ci se sont ajoutés des rencontres avec des gens magnifiques, de nouvelles amitiés, de l’amour, de la joie, des moments précieux, des vues sur des horizons sans fin où la paix était le seul message à mon coeur… Je ne peux décrire tout ce que j’ai vécu et reçu. Je rentre « à la maison »** remplie de belles choses mais, surtout, de paix dans mon coeur. Pas à 100%, bien sûr, mais tellement plus que quand je suis partie du Québec il y a six mois après avoir vécu le tordeur émotionnel durant les mois précédents.

Un accueil si chaleureux

J’ai annoncé hier sur Facebook mon retour au Québec avec un nouveau choix de vie, celui de me recréer un espace de vie bien à moi, un pied-à-terre où je me sentirai vraiment chez moi. Je veux MA maison même si je n’ai pas un sou pour investir dans un achat immobilier. Je n’avais pas demandé le nomadisme quand j’ai demandé à voyager en 2014. Nuance ;). (On doit vraiment être très clair quand on fait nos demandes à l’univers !).

J’ai reçu beaucoup de commentaires à ce message, me souhaitant la bienvenue « chez moi » au Québec et de trouver la maison de mes rêves, d’être heureuse, etc… Cela m’a profondément touchée. J’ai partagé chaque jour mon voyage dans Facebook mais rares ont été les commentaires et voilà que je rentre et plein de monde me dit « Bienvenue ! ». Cela me fait vraiment chaud au coeur 🙂 . Merci !!!

Ai-je réussi ?

Je suis en pyjama avec mon thé et je regarde une vidéo d’une coach qui partage des outils pour réussir dans la vie et avoir du succès. Cela m’amène à me poser la question de savoir si j’ai réussi ma vie ?

Je reviens au Québec sans un sou et sans envie de me lancer dans des activités lucratives juste pour remplir mon compte en banque pour pouvoir payer les facures. Je suis fatiguée de travailler pour de l’argent. Je veux avoir du plaisir et non travailler, nuance. Je n’ai donc pas encore « réussi » dans le domaine financier mais j’y travaille !

Je n’ai pas d’amoureux. Je suis seule à subvenir à tous mes besoins depuis toujours – d’où ma lassitude actuelle – mais je ne suis pas malheureuse pour autant, pas du tout. C’est sûr que je serais heureuse de partager de beaux moments de complicité avec un homme merveilleux mais il ne s’est pas encore présenté 😉 .

(Presque) pas d’argent, pas d’amoureux, pas de chez moi.

Je suis certaine que bien d’entre vous qui me lisez actuellement, si vous vous arrêtez de lire ici quelques instants et faites juste penser à cette phrase, ont une réaction épidermique et stomacale désagréable tout de suite !

Déprimant ? Pas du tout ! Je ne suis pas vide, je suis pleine. Pleine de rien, de tout, de la vie. J’aime ma vie et elle m’aime. Je ne manque jamais d’argent et j’ai de bons amis et cousins que j’aime et qui m’aiment. J’ai toujours un joli logis qui me garde au chaud chez des personnes que j’aime quelque part dans le monde.

Bien sûr, parfois, j’angoisse un peu quand je vois des paiements à faire mais je me dis que, si je retourne sur le chemin de « faire de l’argent », je vais être malheureuse à nouveau. Je choisis donc de faire confiance qu’il va se passer de quoi qui va me permettre d’avoir assez d’argent pour continuer agrablement mon chemin. Je finis toujours par avoir assez de sous. Juste assez mais assez et bientôt plus qu’assez, j’en suis sûre.

Qu’ai-je donc réussi, alors ?

Ce qui me vient ce matin en réponse à cette question, c’est que j’ai réussi peut-être la chose la plus importante au monde : être BIEN. Juste bien, ici et maintenant, savourer le moment présent, apprécier tout ce que j’ai, même si je n’ai, actuellement, financièrement pas le millième de tous ces « coachs à succès » qui enseignent la « réussite ».

Ma grande réussite, c’est d’avoir réussi la chose la plus importante qui soit, à mon sens. ETRE BIEN. C’est de là qu’on peut créer ce qu’on veut et réaliser ses rêves. Dans le lâcher prise et la présence, on accueille et savoure la vie.

Avec ces voyages et ces rencontres, j’ai appris à vivre vraiment dans le moment présent, à apprécier pleinement ce que la vie m’offre à chaque instant et à faire confiance en la vie pour l’avenir. Comme ce Bouddha qui sourit. Chaque matin, je passais devant et m’arrêtais pour prier avec lui. Son sourire m’était contagieux et mes pensées négatives s’envolaient aussitôt. Rares sont les statues de Bouddha où il sourit. Celui-ci était juste au coin de ma rue cet hiver quand j’ai passé quelques jours à Balapitiya au Sri Lanka.

J’ai appris à vivre et apprécier le Bonheur à chaque instant.

Pour moi, il n’y a pas de plus grande réussite.

Je n’ai « rien » mais, en fait, j’ai TOUT !

J’ai le plus important : la santé, un logis chaque jour, de la nourriture, la liberté de bouger où je veux et quand je veux, des amis magnifiques à travers le monde et tant de belles choses qui font de la vie un bonheur quotidien.

J’écris ces mots et mon coeur roule dans l’eau de bonheur et de fierté. Un grand soupir gonfle mon coeur.

En écrivant ces mots qui s’affichent sur l’écran grâce à mes doigts qui transcrivent mon coeur, je réalise que….

J’ai RÉUSSI !

On peut aller chercher la réussite en-dehors de soi, dans les biens matériels notamment, mais ce n’est pas ce qui va nous rendre vraiment heureux.

La première réussite, pour moi, c’est ETRE BIEN avec SOI. De là découle la création de notre vie.

Cette réussite, c’est :

  • de se trouver, de s’aimer et de s’apprécier du mieux qu’on peut,
  • d’oser mettre clairement ses rêves en avant,
  • de se faire confiance et lâcher prise en conscience,
  • de se sentir déposé dans la paix et l’amour en soi, dans lesquels on se sent fort et prêt à avancer avec détermination,
  • d’oser se lancer dans la réalisation de ses rêves,
  • d’arrêter de se juger et/ou de laisser les jugements des autres nous atteindre – ce qu’ils pensent de nous est leur affaire, pas la nôtre !* -,
  • de cheminer chaque jour pour avancer et guérir le passé afin de vivre le présent en toute conscience et amour, en paix et joie, afin que l’avenir se crée dans le Bonheur…

J’ai réussi à réaliser beaucoup de rêves dans ma vie. Il m’en reste encore à réaliser et je continue à cheminer vers eux. Sans ces rêves à réaliser, que serait notre vie ?

Les rêves sont dans un espace de ma conscience et ils se manifestent quand il est temps. Je ne sais jamais quand. Entretemps, je fais en sorte de toujours apprécier ÊTRE dans le moment présent, d’accueillir tous les cadeaux qu’il m’offre – comme tous ces beaux commentaires de bienvenue dans Facebook qui me touchent profondément – pour simplement apprécier le BONHEUR d’ÊTRE, peu importe où, quand et comment. Et quand une pensée négative veut se pointer le nez pour me décourager ou même me déprimer, je l’envoie rencontrer une pensée positive. Ça finit toujours qu’elles partent ensemble bras-dessus-bras-dessous vers le soleil en rigolant… 😉

Et vous, avez-vous l’impression d’avoir réussi votre vie ?

Je vous laisse, je dois aller à l’aéroport !

Avec Amour et Joie !

Dominique

 

—————-

* Un des 4 accords toltèques de Don Miguel Ruiz dit justement de « ne rien prendre personnel ».

** Je mets « à la maison » entre «  » car je n’ai pas encore de logis à moi et j’ai à reprendre mes marques au Québec pour me sentir chez moi.

 

 

 

 

8 Comments

  1. JACQUELINE GRENIER

    07/03/2017 at 12:48

    Bonjour Dominique

    Vous semblez ravie de rentrer au Québec après ce long voyage.

    Je vous admire car pour partir comme cela il faut du courage de l'énergie de l'argent aussi ne serait ce que pour les billets d'avion, le logis dans les pays la nourriture etc….. mais il faut aussi connaitre des gens pour les hébergements, pour les endroits à découvrir, les soins qu'on peut y faire. merci de me dire votre ressenti

    amicalement

    Jacqueline 

    France

    • Dominique

      20/03/2017 at 3:52

      Chère Jacqueline,

      quand on décide de faire quelque chose, qu’on sent que c’est vraiment notre coeur qui le veut, alors on décide et on y va… et alors tout se place pour que ça marche.

      Je vous le souhaite de tout coeur… réaliser SA vie, c’est le plus important.

      De tout coeur…

  2. Delanoë Nathalie

    07/03/2017 at 2:20

    Bonjour Dominique,

    Comme tu le sais, j'aime toujours autant te lire. Te suivre dans tes aventures permet de voir plus loin que le bout de son nez! mdr. Je suis persuadée que vivre ses rêves et une partie des choses à vivre. J'ai le sentiment que souvent on se bat pour être en vie, est ce qu'en acceptant ce qui est, est ce que c'est pas tout simplement ça "la vie". Je suis sûr que nos anges, guides sont toujours à nos côtés pour ne manquer de rien. Lâcher les biens matériels c'est ce permettre de s'en détacher et d'accepter de vivre avec peu et d'être dans l'essentiel! c'est un passage à  Soi en Soi. Une question me vient ce matin: est ce qu'un jour on c'est laisser porter par un homme? Pour moi non, j'ai appris mon indépendance et me dit je me débrouille seule. ne rien devoir à l'autre. Aujourd'hui j'arrête de me battre! j'ouvre la porte…Je te souhaite un merveilleux retour au Québec et que ton chemin  te guide vers le meilleur pour toi! 

    XOXO Nathalie

    • Dominique

      20/03/2017 at 3:48

      Coucou Nathalie… on sait ce qu’on a à faire pour être heureuses… Alors c’est le temps d’ouvrir la porte des coeurs et laisser accueillir le merveilleux ! xoxox

  3. Marie

    08/03/2017 at 3:19

    Merci pour ce très beau message Dominique…fort et chaleureux..émouvant…positif…Merci pour ce beau partage

    • Dominique

      08/03/2017 at 1:30

      Merci Marie !

  4. Elise

    08/03/2017 at 3:52

    Milles merci pour cette grande leçon de sagesse que tu nous transmets.

    magnifiques "réussites" encore et encore à toi

    chaleureusement

     

    Elise

    • Dominique

      08/03/2017 at 8:50

      Merci Elise !