Envahi ou abandonné ?

Un des concepts de base de la PCI (psychothérapie corporelle
intégrée)
est que tout être humain a des enjeux d’envahissement et d’abandon, à quantités différentes pour chacun. Je vous fais ici un bref résumé
global pour que vous compreniez mieux ce que ça veut dire et implique :



Envahi ou abandonné ? 1

On s’entend que toute personne a ces deux blessures en elle et qu’elle a les traits de l’un
et de l’autre. Chaque personne a des enjeux reliés plus fortement à l’une ou à l’autre de ces blessures. De toute façon, elle agit en fonction de ces enjeux dans ses relations.

Ces blessures sont intervenues dans la petite enfance, marquant ainsi l’inconscient de
l’enfant qui deviendra adulte en portant ces enjeux.

Quand arrive le temps, pour l’un ou l’autre, d’être en relation amoureuse ou amicale avec
une autre personne, ces enjeux vont entrer en jeu (sans jeu de mots !) et vont teinter la relation.

Il arrive souvent qu’on ait, dans une relation, les deux enjeux, soit que l’un porte l’enjeu
d’abandon tandis que l’autre porte l’enjeu d’envahissement. Les contraires s’attirent ! C’est là que l’«abandonné» va avoir besoin d’être en lien souvent, envahissant l’«envahi», alors
que l’«envahi» va avoir besoin d’air, abandonnant l’«abandonné»…

A première lecture, ça peut paraître drôle ou simpliste ?

En y réfléchissant, cela peut surtout devenir pathétique si les conjoints ne se rendent pas
compte de leurs enjeux et ne désirent pas guérir leurs blessures, lesquelles créent des situations, souvent répétitives d’une relation à l’autre, qui amènent souvent à la séparation, due à
l’incompréhension et la non possibilité, à long terme, de se respecter l’un l’autre dans ses besoins provenant de ces blessures.

De là, la nécessité de reconnaître ses propres besoins, de les nommer (exprimer) clairement,
d’une façon positive et constructive, à son conjoint afin de voir ensemble comment les combler ensemble ou seul, sans pour autant ramener celui-ci dans ses propres enjeux (en se sentant abandonné
ou envahi, selon le cas).


Dominique Jeanneret
www.dominiquejeanneret.com

Tous droits réservés

 

.