La colère

By on 8 novembre 2018

268127-couple-arguing

La colère est une émotion saine quand on est conscient de ce qu’elle nous fait vivre.

Il est important de toujours réaliser que l’on est toujours en colère que contre soi-même.

En effet, la colère qu’une personne déclenche chez nous provient de situations passées (nous ayant blessé et ayant provoqué de fausses croyances éventuellement aussi) non réglées qui nous font revivre ce même genre de situations à répétition.

Il est donc important, avant de cracher sa colère sur quelqu’un, de s’arrêter, de respirer et de trouver en soi la vraie cause de cette colère.

Je ne parle pas ici de la refouler, attention ! Il est important d’exprimer sa colère mais en conscience car, sinon, on peut blesser et même détruire une relation. En effet, les mots exprimés quand on est en réaction de colère peuvent ne pas être les véritables mots qu’on aimerait dire à l’autre personne. Aussi, on risque de décharger une colère qui n’appartient pas à la personne qui nous l’a déclenchée en prononçant des mots qui dépassent notre pensée et la situation.

Un truc

Quand on sent la moutarde nous monter au nez et que nous avons juste envie d’étriper la personne, il est bon de respirer quelques fois, de laisser descendre en nous un peu de calme dans la tempête d’émotions qui nous bouleverse, avant de nommer, le plus calmement possible, les véritables choses qui nous mettent en colère dans cette situation ou de cette personne. C’est ce que appelle la «gestion saine de la colère». On ne l’a pas refoulée, on l’a simplement exprimée en parlant en «je» et en nommant réellement ce que cette situation nous a fait pour nous mettre en colère.

Exemple :

Une personne vous pose la même question pour la troisième fois. Vous êtes concentré sur un travail à terminer rapidement et cette personne vous énerve. Vous avez le choix entre lui dire :

– Ça fait trois fois que tu me le demandes, tu n’as pas encore compris que je dois travailler ?! sur un ton de colère.

OU, sur un ton plus calme et en parlant en «je» :

– Écoute, je suis en train de travailler sur un document qui doit être rendu rapidement. Le fait que tu me poses trois fois de suite la même question me dérange beaucoup et je sens que je commence à me mettre en colère, ce qui n’arrangera pas la situation. J’apprécierais que tu me respectes dans mon travail. On pourra en reparler après, si tu veux bien.

En parlant en «je» sans décharger la colère sur la personne, celle-ci risque de comprendre et apprécier votre intervention, où elle se sent respectée (vous ne la rejetez pas puisque vous lui proposez de voir sa question avec elle plus tard) plutôt que, elle aussi se mette en colère, au risque d’envenimer la situation.

Dominique Jeanneret

Thérapeute en intégration psychocorporelle, spirituelle et énergétique

————————————-

Il reste des places pour ce voyage auquel je vous convie. Le délai d’inscription pour avoir les prix garantis est le 25 novembre. Faites vite pour venir nous rejoindre à ce magnifique voyage entre mer et montagne, entre silence et rires, belles rencontres et découvertes !