Le grand passage

hiver.jpg

 

Une cliente m’a demandé cette semaine ce que je pensais du passage du 21 décembre prochain. Est-ce que cela va brasser ?
Allons-nous avoir des catastrophes sur terre, dans les eaux ou dans le ciel ? Allons-nous mourir, vivre, changer, être plus malheureux ou heureux ?

La grande question, pour beaucoup. Pas pour moi. Pour une raison qui m’est inconnue, je n’ai jamais cru qu’à une date
précise, un tremblement ou même une explosion planétaire drastique va se produire. J’ai toujours pensé – et observé -, plutôt, qu’un changement de plus en plus rapide est en train de se produire
parmi la gent humaine, que le rouleau compresseur a passé, et passe encore parfois, pour extraire tout le «jus» dont nous n’avons plus besoin – notre passé -, et nous faire ensuite traverser le
tuyau de l’entonnoir vers un nouveau chemin, beaucoup plus léger, clair, lumineux et, surtout, agréable à vivre : la nouvelle ère dont tout le monde parle.

Il se peut que quelques remous planétaires se produisent mais cela fait partie des mouvements qu’on a déjà pu observer ces
dernières années. A première vue, à moins que je ne me trompe, aucune tempête, tsunami ou autre dégât naturel n’est prévu sous peu, du moins rien de pire que du déjà connu.

Il y a cependant un phénomène qui me semble devenir plus clair, plus présent : certaines personnes tombent malades, et
certaines meurent rapidement, tandis que d’autres passent à travers des tempêtes émotionnelles – et parfois physiques aussi -, se libèrent de beaucoup de vieilles choses souffrantes qui les
bloquaient dans leur cheminement et découvrent un espace beaucoup plus heureux dans leur vie et à l’intérieur d’eux-mêmes.

On dirait que la différence entre ces deux espaces paradoxaux devient de plus en plus évident. Certains pourraient penser
que la prédiction qui dit que «seuls les élus seront sauvés» est vraie. Je pense plutôt que nous avons chacun notre chemin et que, pour certains, il se termine alors que, pour d’autres, il
continue.

Peu importe car, où qu’on soit et quoiqu’on vive, on est sur NOTRE chemin, qu’on vive ou qu’on meure. D’un côté comme de
l’autre, de la Vie ou de la Mort, c’est à chacun d’entre nous de décider d’y être heureux car l’Amour, la Lumière, la Joie, la Paix, le Bonheur, etc., se trouvent des deux côtés.

Alors, pourquoi ne pas simplement apprécier le moment présent, les petits bonheurs que la vie nous apporte, apprécier les
cadeaux de la vie et simplement remercier pour chaque jour que la vie nous offre plutôt que de prévoir un avenir qui, dans l’imaginaire, pourrait être malheureux ?

La pensée crée aussi, si on a peur de quelque chose, on l’attire. Je préfère donc regarder en avant avec coeur et
conscience, remercier pour tout ce que j’ai de bon, continuer à croire que ma vie va bien aller et que je vais continuer à pouvoir profiter de chacun de ces moments agréables qu’elle me
prodigue.

Le rouleau compresseur m’a amenée au bord du gouffre cet été. J’ai failli sauter, à bout, pour retourner dans la lumière de
l’au-delà que je connais et apprécie tant.

J’ai ensuite appris, j’ai compris plein de choses et je me suis retrouvée. Aujourd’hui, je vis chaque jour de plus en plus
de beaux moments que j’apprends à recevoir, m’apprivoisant chaque jour doucement au bonheur d’être simplement moi-même et de me permettre de recevoir ces cadeaux de la vie.

Le 21 décembre, allons-nous vivre une journée de changements radicaux et négatifs ? Non, je ne crois pas. Pas du du tout…
Nous allons simplement continuer notre chemin, poussés dans l’entonnoir par les énergies de la planète qui nous veut heureux car elle tannée de nous voir tourner dans notre passé qui ne nous est
plus nécessaire…

En cette fin d’année, je vous souhaite le plus grand des bonheurs : celui de vivre le moment présent avec joie et
sérénité.

Chaleureusement

Dominique Jeanneret
www.dominiquejeanneret.com
© Reproduction interdite sans autorisation. Vous pouvez cependant reproduire ce texte dans votre site ou blog à condition
de ne rien y changer et de laisser ces dernières lignes, par respect pour l’auteure. Merci !

 

.