Le transfert dans les relations

 

Voici des liens vers des articles très intéressants qui parlent de cette situation qui déséquilibre les relations :

Le transfert dans les relations
Plusieurs auteurs parlent de blessures du passé qui influent sur nos relations présentes. D’autres soulignent les scénarios répétitifs qui nous conduisent toujours dans les
mêmes impasses. En fait, c’est notre « manière de vivre » nos expériences émotives avec l’autre qui est responsable des noeuds qui nous étouffent ou étouffent la relation. Pourquoi en est-il ainsi?
Que faire pour dénouer ces noeuds?

j0410187.jpgAux sources du transfert
C’est dans nos relations les plus importantes, avec les personnes souvent les plus précieuses pour nous que nous développons une manière d’être qui produit des noeuds. Ces noeuds durcissent
parfois au point de devenir incontournables. Le fait de ne pas les dénouer nous amène à des échecs ou à un forme d’adaptation où notre vitalité est laissée pour compte.Comment se forment ces
noeuds ? Pourquoi existent-ils ? Quel est le rôle qu’ils peuvent jouer dans notre vie et notre développement psychique ?

Transfert et droit de vivre
La liberté intérieure qui nous permet d’être nous-même ne peut se transmettre: on la conquiert. Quelles sont les étapes de cette conquête? Comment se fait-elle?
Quelles sont les écueils les plus fréquents et les obstacles les plus courants que l’on rencontre à chaque niveau de cette quête de soi?
Dans cet article, Michelle Larivey explique l’importance que revêt la conquête de la liberté d’être soi-même et son omniprésence dans nos relations avec les autres. Elle explique aussi comment il
est possible de devenir conscient de cette démarche, habituellement faite à travers des « patterns » relationnels qui débouchent sur des noeuds. Enfin elle explicite comment on peut prendre en main
ce cheminement et rendre nos tentatives de croissance plus efficientes.

Transfert et conquête de l’autonomie
Après avoir gagné, plus ou moins laborieusement, le droit d’avoir des besoins et des émotions, nous devons tous rencontrer un défi supplémentaire: le droit d’être
une personne unique, différente des autres. Nous constatons en effet que les autres ne nous acceptent pas nécessairement tels que nous sommes et ne nous approuvent pas toujours.
C’est avec les personnes qui nous importent le plus que nous vivons surtout cette déception. Il est bien normal que nos réactions soient vives et que nous leur reprochions de nous empêcher d’être
nous-mêmes. Les accrochages ou les conflits stériles qui en découlent prennent alors de plus en plus de place dans ces relations, au point de nous conduire souvent à des ruptures complètes.
Dans cet article, Michelle Larivey nous indique les voies qui permettent de résoudre ce dilemme. Elle décrit les méthodes usuelles qui conduisent à des impasses et présente celles qui permettent
de relever avec succès le défi de l’autonomie personnelle.

 

Conquérir la liberté d’être soi-même
Comment sortir des impasses que sont Le transfert dans les relations? Comment résoudre les « transferts » qui rendent nos relations trop tumultueuses et souvent décevantes?

Faisant suite aux articles portant sur « les noeuds », Michelle Larivey explique par quel chemin on peut trouver l’harmonie et la satisfaction tant recherchées dans nos relations importantes. Elle
évoque aussi les habiletés et les attitudes qu’il est nécessaire de développer pour réussir à dénouer nos noeuds à travers la vie quotidienne. L’enjeu: la liberté d’être vivant et d’être
unique!

Homo affectivité
Tous les humains, tout au long de leur vie, ont des besoins affectifs auxquels il est important de répondre. Pendant leur enfance, c’est surtout auprès de leurs parents qu’ils cherchent à combler
les plus importants. Mais devenus adultes, c’est en grande partie dans leurs relations amoureuses qu’ils recherchent les réponses.
Pourquoi certains d’entre nous se tournent-ils vers des partenaire du même sexe pour combler ces besoins? Quelle est la place réelle de la sexualité dans l’expression et la satisfaction de
ceux-ci? Devons-nous chercher les réponses plus loin que dans les gênes, les hormones, les neurotransmetteurs ou les pressions du milieu?
Depuis qu’elle est psychologue, Michelle Larivey étudie la façon dont les personnes s’y prennent pour combler leurs besoins affectifs. Sans prétendre résoudre toute la question, elle puise dans
son expérience clinique pour tenter d’apporter un éclairage supplémentaire sur les choix amoureux. Elle en vient notamment à la conclusion qu’il n’y a pas vraiment de différence entre les besoins
de ceux qui se qualifient d’hétérosexuels et ceux qui se considèrent homosexuels. Dans les deux cas elle explique par certains facteurs affectifs et transférentiels la recherche d’intimité et
l’attrait sexuel.

Résoudre son transfert
Dans “Homo affectivité” nous avons vu comment deux transferts dont l’enjeu est le droit à l’existence, peuvent prendre des formes très différentes dans la vie des personnes qui les vivent. Chaque
personne a une histoire unique et une manière originale de la vivre. Il est impossible de prédire exactement la démarche de résolution du tramsfert pour chaque individu. Mais nous pouvons
expliquer en quoi elle consiste et comment elle se déroule typiquement. C’est l’objet du présent article.
Dès le début d’une relation amoureuse, on peut identifier un besoin affectif important qui en est l’enjeu central. Ce besoin est toujours de nature transférentielle. Que la relation réponde ou
non à ce besoin, elle peut toujours servir de terrain pour résoudre le transfert.
La résolution du transfert est une démarche simple, mais elle semble bien complexe à celui qui n’en connaît pas bien les étapes ou ne possède pas les habiletés nécessaires. En fait, c’est la
démarche de développement personnel qui suscite le plus de résistances après celle du renversement du déni existentiel. Mais la personne qui le veut vraiment peut se servir abondamment des
situations de la vie de tous les jours pour parvenir à sa résolution. Qu’elle bénéficie ou non de l’aide d’un psychothérapeute, une partie importante de la résolution doit se dérouler dans le
contexte des relations qui tissent sa vie quotidienne.