Ne pas confondre zèbre (Haut Potentiel ) et PN (pervers narcissique)

Ne pas confondre zèbre (Haut Potentiel ) et PN (pervers narcissique) 1

Qu’est-ce qu’un zèbre ?

Il n’est pas question ici de Marty le zèbre de la série de films Madagascar mais des individus que l’on désignait autrefois au terme un peu péjoratif pour les autres de surdoués. Aujourd’hui on parlera plutôt de surdouance pour qualifier la caractéristique et de zèbre pour la personne ou HP pour haut potentiel. À ne pas confondre avec hôpital psychiatrique qui désignera plus le PN (pervers narcissique).

Le zèbre est loin d’être la bête de maths que la télé nous présente ou capable de trouver des inexactitudes dans la théorie de la relativité dès l’âge de 8 ans, le HP (le bon) est plutôt un être plus en souffrance de son état que l’inverse. Il n’est pas plus intelligent, c’est juste qu’il a une forme d’intelligence différente ainsi qu’une très grande intuition. Mais surtout, c’est un hypersensible, hyper émotif, perfectionniste pathologique. Mais ça, on le sait moins. On préfère croire qu’il a la bosse des maths plutôt qu’une prédisposition naturelle à la dépression, la faute à la télé et aussi une certaine volonté secrète d’en être un, d’avoir un QI plus élevé que son compte en banque, l’espoir de croire que l’on est « au dessus » du commun des mortels, bref d’être positivement spécial.

Et ça, le PN n’y échappe pas non plus, il aimerait se croire super intelligent et ses succès dans la manipulation d’autrui le laisse supposer en plus.

Et malheureusement pour nous, HP et PN ont des comportements très similaires bien qu’ils soient le résultat de mécanismes très différents. Petite revue de comportements:

1- L’amour passionnel

Le zèbre est un amoureux passionné et passionnel, il ne fait pas semblant, il croit au coup de foudre et peut tomber amoureux au bout de 3 messages sur Meetic. Il a besoin d’aimer, d’un amour véritable et sincère. Très tôt dans une relation, il se montrera tellement passionnel qu’il peut faire penser au PN.
Sauf que celui-ci, si il se montre passionné, cache en fait un stratagème. Il n’est pas du tout sincère dans sa démarche, il n’aime pas la personne, il veut juste en se montrant le plus passionnel possible, faire tomber amoureuse sa victime pour pouvoir refermer son piège sur elle.

2- Isolement

Le zèbre est un hypersensible, il est déjà en permanence torturé par des sentiments, des sensations et manque de chance, c’est aussi une éponge émotionnelle, c’est un empathe. Il déborde d’empathie, il ressent ce qu’autrui ressent et peut-être même encore plus ! Tout ça l’agresse, le torture, le fatigue.

Pour se ressourcer, il est obligé de se couper du reste du monde car, en plus de cela, il est incapable de communiquer ses sentiments. C’est déjà tellement confus pour lui et ce, d’autant plus quand il s’ignore HP, mais allez expliquer qu’il est capable d’être mal toute la nuit pour avoir vu dans Camping Paradis du soir Tom le gérant se séparer de sa petite amie ? Surtout après le décès d’un personnage de Plus belle la vie le même jour ! Bref, il doit se couper. Son isolement se caractérisera par une grande fatigabilité, des douleurs abdominales et céphaliques et un repli sur soi. Beaucoup diront qu’il boude. Non, il boude pas, il est juste en train de crever d’un trop plein de négativité. C’est sa survie qui est en jeu.

Le PN, lui, va rechercher l’absence de communication non pas parce qu’il est mal mais par stratégie. Sans communication, il peut installer un triangle de Karpman. Et grâce à ce triangle, obtenir ce qu’il veut de sa victime. Le PN fera exprès de s’isoler soit pour punir sa victime qui a peur de l’avoir perdu soit pour appeler le réconfort de la victime à la différence du zèbre, qui même si il appréciera la compagnie de sa partenaire, ne voudra pas pour autant du réconfort, juste de compréhension, il ne voudra pas de maternage au contraire du PN.

3- Toujours là pour aider

Le zèbre est un sauveur né. Il aide tout le monde et ce, sans jamais demander de contreparties. On le qualifie souvent de gars gentil et il connaît par cœur la maxime « trop bon, trop con »… C’est quelqu’un qui est intolérant à l’injustice, une sorte de Peter Parker sans costume moulant et super-pouvoirs. Doublé de son Hyper empathie, autant dire que c’est un cocktail mortel : capable de beaucoup de sacrifices, il peut même aller contre ses intérêts pour aider quelqu’un.

Le PN n’est pas du tout dans la même optique : il peut aider mais ce n’est jamais gratuit : ou pour obtenir gratitude et respectabilité, ou pour désigner une personne à la réprobation en faisant signifier « il abuse de ma gentillesse ». Pire, il se positionnera volontairement en sauveur pour ceci. Il est guidé par le gain et non par sens de la justice et compassion. Alors oui, on peut lui téléphoner à 3h du matin aussi pour lui raconter son RDV Tinder catastrophique mais, dans sa tête, c’est juste pour faire gentil et non parce qu’il l’est. Là est la différence entre le PN et le HP : être ou faire comme.

4- Instabilité émotionnelle

Le zèbre est torturé en permanence et il a de la difficulté à gérer ses émotions. Il peut passer de la joie à la tristesse morbide plus vite que Vin Diesel peut passer du 0 au 100 km/h et sans voiture ! Bien entendu, cela ne signifie pas qu’il n’est pas capable de sentiments amoureux, c’est juste qu’il ne sait pas se protéger efficacement.

Le PN n’est pas instable émotionnellement. Il va volontairement souffler le chaud et le froid pour agir sur sa victime. Ce n’est pas un mécanisme de défense. C’est une attitude d’attaque. L’alternance va provoquer chez la victime un stress et une fatigue dont il tirera profit pour lui.

5- Exigence

Si l’HP est génial dans ses activités, c’est surtout quelqu’un d’exigeant avec lui-même d’abord. Il est capable de faire des grandes choses mais aura toujours l’impression de ne pas avoir fait assez. La perfection n’est pas un vain mot chez lui, ce n’est pas un Graal, c’est le minimum. Pire, son exigence l’empêchera de déléguer, il ne perçoit personne capable d’atteindre cet objectif qu’il s’impose.

Le PN quant à lui sera exigent mais pas avec lui, avec les autres. Il veut le maximum en faisant le minimum, il rechigne à la tâche et si il peut s’en débarrasser il le fait. Et en plus ça l’arrange, si c’est mal fait, il peut se décharger sur un autre, voire se victimiser en prétextant un sabotage volontaire. Ce n’est pas pour rien que les PN sont des fléaux en entreprise, ils épuisent leurs collaborateurs pour leur profit.

Pourquoi cet article ?

Le PN est un individu qui va chercher à tirer profit de tout et de tous et qui va chercher à excuser son comportement de n’importe quelle manière pour éviter d’être démasqué. Pas étonnant dès lors que certains peuvent se prétendre HP. Les comportements sont identiques mais l’HP est excusable. Le PN va ainsi pouvoir encore berner sa victime tout en s’attirant sa sympathie : « c’est pas de sa faute, c’est sa nature de HP » et en plus de se valoriser narcissiquement en se prétendant « supérieur » aux autres.

Ne les confondez pas, l’un est gentil l’autre fait semblant. L’un est passionné, l’autre fait semblant. L’un est bon, l’autre est con. 😉

Source